Amère Russie – Doucoudray et Anlor

amere russie ducoudray anlor

Russie, milieu des années 1990. Volodia, parti faire son service militaire en Tchétchénie, ne donne plus de nouvelles. Sa mère est inquiète. L’armée lui refuse toute information, elle ne sait même pas si son fils va bien.

Séparé de son ivrogne de mari, la vieille femme tente de survivre en vendant des DVD pirates dans le métro moscovite. Quand elle découvre le nom de Volodia dans un article de journal listant les soldats prisonniers en Tchétchénie, on s’attend à ce qu’elle s’effondre. Il n’en est rien.

Au même moment, elle apprend que le Général Bassaiëv libère les soldats russes si leurs mères viennent les chercher. Malgré son absence de moyens, elle décide de partir sur les routes enneigées avec pour seule compagnie un petit chien fantasque à qui Volodia a appris plus d’un tour.

Le moins que l’on puisse dire, c’est que cette mère n’a pas froid dans le dos. Son courage et sa détermination sont impressionnants. Elle n’hésite pas à s’approcher au plus près des combats, risquant sa vie à plusieurs reprises.

Si le dessin semi-réaliste d’Anlor ne m’a pas vraiment séduite, j’ai apprécié son dynamisme et ses cadrages. Il y a de l’action dans ce diptyque et le lecteur n’a pas le temps de s’ennuyer. Les scènes de guerre sont forcément d’une violence extrême mais certaines situations prêtes cependant à rire malgré les circonstances. Le chien qui accompagne la mère de Volodia durant tout son parcours se révèle être un ressort tragi-comique précieux.

Cependant, après mon coup de coeur de l’hiver dernier pour L’anniversaire de Kim Jong-il, écrit par le même scénariste, Aurélien Ducoudray, j’attendais beaucoup -et peut-être trop- d’Amère Russie. Le scénario, centré sur le quotidien de la population plutôt que sur l’histoire de la guerre entre les Russes et les Tchétchènes, est intéressant mais le ressenti de cette vieille femme qui cherche à retrouver son fils n’est pas exploité. Le manque d’émotions m’a empêchée d’être touchée par  cette mère courage, emblème de tant d’autres femmes. Dommage !

DUCOUDRAY, Aurélien, ANLOR, Amère Russie 1 : Les Amazones de Bassaïev, Bamboo Éditions, 2014.

DUCOUDRAY, Aurélien, ANLOR, Amère Russie 2 : Les colombes de Grozny, Bamboo Éditions, 2015.

5 réflexions sur « Amère Russie – Doucoudray et Anlor »

La parole est à vous !