Atelier d’écriture #46 : Souvenir d’adolescence

Printemps 1994. J’ai 14 ans, je suis en troisième au collège Victor Hugo, j’écoute les Doors à longueur de journées sur mon baladeur CD et je chausse du 42. 42, ma vie se résume depuis quelques semaines à ce chiffre trop élevé pour une pointure femme. Ma dernière visite chez le marchand de chaussures de la ville voisine est à jamais gravée dans ma mémoire : on me propose pour la première fois des modèles hommes.
Parfaitement assortis à la mini-jupe à carreaux que j’affectionne tout particulièrement, vous imaginez bien ! Je suis morte de honte et la vendeuse est assez mal à l’aise elle aussi. Ma mère essaie de me remonter le moral mais elle ne peut pas comprendre avec son 41 fillette. De toute façon, elle est toujours à côté de la plaque. Mon frère se fait un malin plaisir à m’appeler Berthe aux grands pieds. Il sait à quel point ça me fait mal. C’est d’ailleurs pour cette raison qu’il continue. Je crois qu’on ne s’entendra jamais lui et moi. Quant à mon père, il semble complètement indifférent au mal être de sa fille. Seul son travail de cadre dans une grande entreprise l’intéresse.

Le samedi 21 mai de cette même année, je suis invitée au mariage de la sœur d’Agathe, ma meilleure amie de l’époque. Son cousin Antoine, dont le regard me fait rougir à chaque fois qu’il se pose sur moi, est sur la liste des convives. Ce serait l’occasion de lui adresser enfin la parole et plus si affinités. Je meurs d’envie de me maquiller, de porter une belle robe de soirée et de danser loin du regard de mes parents. Mais je n’irai pas à ce mariage. Avec des Reebook Pump au pied, c’est impossible.

C’était ma participation à l’atelier d’écriture de Leiloona.

14 réflexions sur « Atelier d’écriture #46 : Souvenir d’adolescence »

  1. Oh faire 42 effectivement ce n’est pas facile, et pourtant je fais personnellement un 39/40 fillette… 😉 J’aime bien ton texte Saxaoul, et tous les petits détails précis que tu y loges. Il faut que j’aille voir à quoi ressemble les Reebook Pump. Je pense qu’à l’ère internet il est sans doute plus facile de se chausser… le choix est élargi, enfin j’espère…

    1. Effectivement, c’est un peu plus facile à l’heure d’Internet mais il y a tout de même beaucoup moins de choix que quand tu as une pointure classique. J’ai personnellement au la chance de m’arrêter au 41 (fillette) !

    1. J’ai prix beaucoup de plaisir à écrire ce texte. Je crois que j’ai été influencée par deux lectures récentes…

  2. Bien croqué !
    J’ai la chance (pour ma grande taille) de faire un petit 39 … mais punaise, oui, j’ai des amies qui ne peuvent pas se chausser, ou alors du sur-mesure aie aie aie …

    1. Merci m’dame ! Dès que l’on est pas dans les normes, que ce soit pour la taille des pieds ou quoi que ce soit d’autre, c’est compliqué dans notre société.

  3. ROoo elle aurait dû y aller à ce mariage ! Il y en a des mignonnes et décalées en Reebook Pump ! en plus elle aurait été à l’aise dans ses bask pour lui parler 😉 Très joli texte ! Contente de te retrouver !

  4. La mode des Doc a dû la sauver 😉
    Ma fille a des petits pieds et même si cela ne présage pas du futur, je me dis que si elle chausse du 38 ou du 39 plus tard, ce sera pas mal pour elle.

  5. Oups…Pas simple mais elle doit garder le moral et surtout changer de magasin de chaussures. En espérant qu’Antoine ne se focalise pas sur ses pieds et qu ils auront d autres occasions de se croiser.

La parole est à vous !