Au fond du gouf

© Diane

Le gouf. La première fois que j’en ai entendu parler, j’ai cru que la personne qui était en face de moi, un peu mythomane sur les bords, me racontait encore une de ces salades dont elle avait la spécialité. Blonde, tirée à quatre épingle et un peu salope à ses heures, il fallait toujours qu’elle invente des trucs incroyables pour se mettre en valeur. Comme si ses jolies robes décolletées laissant transparaître son string en dentelle ne suffisaient pas !

Un canyon sous-marin au large du port de Capbreton, il ne faut pas exagérer quand même, ça se saurait. Et pourquoi pas les grands canyons du Colorado pendant qu’on y est !

Mais pour une fois, Miss C. avait raison. Et en plus elle n’exagérait même pas. A seulement 200 ou 300 mètres du large, il y a bien un truc incroyable dont on n’entend jamais parler. On ne peut pas le voir ni en diffuser des images alors, forcément !

Le gouf, c’est le refuge des pêcheurs par gros temps . C’est ce qui permet l’existence de la Nord, cette fameuse vague bien connue des surfeurs. C’est là où vivent des poissons dont on ne soupçonne même pas l’existence. C’est les Pyrénées sous la mer. C’est une merveille de la nature. C’est un lieu mystérieux, rempli de légendes toutes plus improbables les unes que les autres.

C’est aussi une cicatrice. Celle de ma Harley et de toutes les casseroles que j’ai jetées à la mer avec. 

C’était ma participation à l’atelier d’écriture de Leiloona.

13 réflexions sur « Au fond du gouf »

  1. Une escale sur ton texte et me voilà entrain de rédiger une nouvelle destination. Info, je file en chercher…

  2. Et donc: la Harley est-elle vraiment dans ce gouf? (et a-t-elle créé un tsunami en y plongeant?)
    Quant à la robe tellement décolletée qu’elle fait apparaître le string , j’ai bien ri !

La parole est à vous !

%d blogueurs aiment cette page :