Aya de Yopougon

Réalisé par Marguerite Abouet et Clément Ourberie, d’après le premier et le deuxième tome de la bande dessinée du même nom (dont les deux réalisateurs sont également les auteurs), Aya de Yopougon plonge le spectateur en Cote d’Ivoire, dans un quartier populaire d’Abidjan, dans les années 1970.

Aya, 19 ans, est une jeune femme sérieuse qui passe beaucoup de temps à étudier. Elle souhaite devenir médecin pour échapper aux 3C : Coiffure, Couture et Chasse au mari. Elle repousse donc avec virulence tous les garçons qui osent l’approcher et fait preuve de détermination. Son père, lui, préférerait plutôt qu’elle trouve un bon mari.

Adjoua et Bintou, les deux copines d’Aya, ont des préoccupations totalement différentes. Elles préfèrent danser dans les « maquis » (bars dansants) et « gazer » (draguer les garçons). Bien entendu, leurs parents ne sont pas au courant ! Il faut dire qu’elles sont très douées pour déjouer les pièges de la surveillance rapprochée mise en place par leur famille. Les choses se compliquent quand Adjoua découvre qu’elle est enceinte.

Fidèle à la bande dessinée d’origine, ce film d’animation permet de découvrir le passage des trois jeunes femmes africaines vers la vie adulte. Il plonge le spectateur dans un univers complètement différent de celui auquel il est habitué. Passé les premières scènes, on s’habitue vite à l’argot local qui participe de l’exotisme. Et on ne s’ennuie pas un seul instant tant les scènes de vie sont nombreuses, variées et pleines d’humour même quand la situation est grave.

Disponible en DVD.

6 pensées sur “Aya de Yopougon”

  1. J’avais vu le film à sa sortie en salle. Un tout petit peu déçue, mais un nouveau plongeon apprécié de l’univers d’Aya. Aya fut mes premiers pas en BD et depuis c »est aussi le nom de ma minette

La parole est à vous !

%d blogueurs aiment cette page :