Aylal, une année en Mongolie – Linda Gardelle

A l’occasion d’un voyage, Linda tombe amoureuse de la Mongolie. Un an après, le bac en poche, elle part seule en immersion dans le pays pour une durée de 12 mois.

Les premières semaines, elle ne comprend pas un mot de ce qu’on lui dit mais les efforts qu’elle fournit pour apprendre la langue finissent par payer. Elle devient capable de tenir une conversation en mongol et n’a plus besoin de traducteur. Un vrai soulagement pour cette jeune femme avide de découvrir le mode de vie et la culture des habitants de la ville et des steppes.

Étrangère, elle attise la curiosité et les questions à son égard sont nombreuses. Pour ceux qui la reçoivent chez eux, c’est un véritable honneur. L’hospitalité n’est pas un vain mot dans le pays. Il y a toujours du thé et à manger pour les hôtes qui peuvent se présenter à la porte de la yourte à n’importe quelle heure du jour ou de la nuit.

Linda séjourne avec une famille dans un appartement d’Oulan-Bator, la capitale,  mais se rend à plusieurs reprises dans la steppe où elle s’immerge complètement au sein de la population locale. Elle n’hésite pas à garder les troupeaux, à aller chercher de la glace dans des conditions terribles pour la faire fondre et obtenir de l’eau ou à traire les vaches.

C’est une jeune femme qui n’a pas froid aux yeux. Une nuit, alors qu’elle dort seule au milieu de nulle part dans sa tente suite à une dispute avec un ami, elle est réveillée par les loups. Une autre fois, elle manque de se perdre dans une tempête de neige. Mais ces épreuves ne l’arrêtent pas, bien au contraire.

Les amitiés que Linda noue en Mongolie sont profondes même si elle perd quelques illusions au fil des mois. Les chevauchées dans la steppe, les paysages grandioses, le mode de vie simple et authentique alimentent la vision idyllique de cette jeune adulte en quête de liberté. Mais la réalité est autre. Certains habitants rêvent de fuir l’âpreté de leur vie pour trouver le confort et la modernité. L’alcoolisme fait des ravages. L’appât de l’argent aussi. Comme tous les êtres humains, les Mongols ne sont pas toujours honnêtes et Linda l’apprend à ses dépens.

Aylal, une année en Mongolie est un magnifique récit de voyage qui permet de découvrir la Mongolie de l’intérieur à travers la quête initiatique d’une jeune femme hors du commun. Je lui ai réservé une place de choix dans ma bibliothèque, au milieu de ces livres essentiels dans ma vie de lectrice.

GARDELLE, Linda, Aylal, une année en Mongolie, Gaïa, 2017.

16 réflexions sur « Aylal, une année en Mongolie – Linda Gardelle »

    1. Je suis certaine qu’il te plaira. Il vient d’être réédité par Gaïa, tu devrais pouvoir le trouver facilement.

  1. Rho je note, j’ai une amie de mon cœur qui est partie un mois visiter la Mongolie avec ses minots. Elle en est revenue bouleversée par ce pays et par tous ces gens étonnants, différents, doux, solides, âpres …. qu’elle a rencontré ! Et ses filles ne parlent que d’y retourner !
    Bisous et un joli dimanche

    1. Je n’ai pas été en Mongolie mais en Ouzbékistan et au Tadjikistan. J’en garde un souvenir merveilleux, j’y ai fait de belles rencontres aussi. Le livre n’a fait que renforcer mon envie d’aller en Mongolie un jour.

    1. Tu sais que je suis friande de récits de voyage et celui-ci est vraiment très fort. Pas du tout auto-centré, il permet vraiment de découvrir la vie des mongols de l’intérieur.

La parole est à vous !