Baumes – Valentine Goby

Dans ce court récit autobiographique, Valentine Goby revient sur les odeurs qui l’entourent pendant toute son enfance et sur sa relation avec son père.

Ce dernier travaille dans un usine de parfumerie à Grasse. Les odeurs des essences sont imprégnées sur ses vêtements et dans la maison familiale. Elles saturent l’air, il est impossible de s’en séparer et cela insupporte Valentine au point de la rendre malade.

Son père incarne l’autorité et l’ennui, en opposition au monde maternel beaucoup plus chaleureux et joyeux. Quand il rentre à la maison, l’ambiance n’est plus la même. Petite, elle souffre de son absence et du manque d’intérêt qu’il lui porte. 

Adolescente, Valentine Goby décide de se libérer de son influence trop pesante en choisissant son propre parfum et sa propre trajectoire.

Le roman de Patrice Suskind, Le parfum, est pour elle un révélateur. Elle se rend compte que l’on peut susciter des émotions et des sensations avec des mots, de la même manière qu’on peut le faire avec un parfum. Pas besoin de nommer la peur ou l’angoisse pour que le lecteur l’éprouve. Ceux qui ont lu ses romans comprendront très bien de quoi elle veut parler.

Avec le temps, Valentine Goby construit sa propre vie et tente de se réconcilier avec son père.

Le texte, lu par l’auteur, est à la fois poétique, profond et sensuel. Il mériterait presque une deuxième lecture pour mieux comprendre les parallèles, parfois métaphoriques, que Valentine Goby fait entre les odeurs, l’écriture, ses choix de vie et les relations qu’elle entretient avec son père.

A découvrir sans hésiter.

GOBY, Valentine, Baumes, CDL Editions, 2015.

12 pensées sur “Baumes – Valentine Goby”

  1. Cela ne m’étonne pas. On a envie de relire les mots plusieurs fois tellement ils sont bien choisis mais comme je l’ai lu en version audio, ce n’est pas très pratique !

  2. Je ne l’avais pas encore noté, je le note en passant chez toi. Cette auteure a une merveilleuse écriture. Comme Laure, je vais voir si je ne peux pas le réserver à la bibli tiens…

La parole est à vous !

%d blogueurs aiment cette page :