Borgo Vecchio – Giosuè Calaciura

Le Borgo Vecchio est un quartier de Palerme dans lequel vivent Mimmo et Cristofaro. Les deux enfants sont inséparables, soudés à la vie à la mort. Mimmo confie ses secrets les plus précieux à Nanà, le cheval exploité par son père dans le but de gagner un maximum d’argent. Cristofaro, lui, endure les coups tous les soirs. Les voisins baissent le son de la télévision et écoutent sans intervenir, en attendant la tombée de la nuit. C’est à ce moment là que les effets de la bière coupent les jambes du père et l’empêchent de tuer Cristofaro.

Dans le quartier, il y a aussi Carmela, la prostituée, et sa fille Celeste dont Mimmo est amoureux. Enfermée sur le balcon, l’enfant lit et assouvit sa soif d’apprendre. Pendant ce temps là, sa mère ferme les volets et enchaîne les clients sous le regard de la Sainte Vierge. Toto, le pickpocket, est une autre figure du Borgo Vecchio. Un pistolet coincé dans la chaussette, il détrousse les commerçants et les personnes âgées, court plus vite que son ombre et échappe aux embuscades des forces de l’ordre. La solidarité des habitants du quartier l’aide beaucoup.

Dans cette opéra de misère, Giosuè Calaciura mêle bien et mal, beauté et noirceur. La violence fait partie du quotidien mais elle est adoucie par la force des sentiments et les mots de l’auteur. La poésie et l’humour se mêlent au drame, si bien que l’on ne sait plus si l’on doit rire ou pleurer. Malgré la qualité remarquable de ce roman, je suis restée un peu extérieure. Ce n’était peut-être tout simplement pas le bon moment pour le découvrir.

CALACIURA, Giosuè, Borgo Vecchio, Notabilia, 2019.

6 réflexions sur « Borgo Vecchio – Giosuè Calaciura »

Répondre à eimelle Toursetculture Annuler la réponse.