Bride Stories –

 

Le grand public a souvent une idée trés réductrice des mangas. Quand j’ai découvert ce genre littéraire, il y a quelques années, je ne m’imaginais pas qu’un jour l’un d’entre eux me conduirait en voyage au XIXème siècle, en Asie Centrale. Bride Strories fait découvrir au lecteur, à travers la vie d’un jeune couple et de son entourage les petirs riens du quotidien sur la route de la Soie.

Dans le premier tome, Amir, 20 ans, vient de se marier avec un garçon âgé de douze ans. Ce dernier appartenant à un clan voisin, le jeune fille découvre un autre village, une nouvelle famille et de nouvelles habitudes. Pour Karluk, son mari, la vie conjugale est également une grande nouveauté à laquelle il doit s’habituer.  Pas évident quand on est si jeune !

Dans le deuxième tome, Amir a trouvé sa place dans sa nouvelle famille et s’est habituée à la vie aux côté de Karluk. Les époux doivent faire face au clan de la jeune fille venu la récupérer pour conclure une alliance beaucoup plus intéressante. Amir n’envisage pas une seule seconde de quitter Karluk et, heureusement, le jeune couple peut compter sur son entourage.

Le troisième tome est centré sur Smith, un jeune anglais venu étudier les traditions du pays. Il s’est lié d’amitié avec le clan de Karluk. Après avoir passé pas mal de temps en leur compagnie, il décide de poursuivre son périple le long de la route de la Soie pour rejoindre Ankara. Sur un marché, il rencontre une femme qui boulverse son existence. La suite de son voyage s’annonce beaucoup plus compliquée que prévu.

Ces trois premiers tomes fourmillent de détails sur les traditions mongoles : vie dans les clans, place des enfants, des hommes et des femmes, nomadisme, tenues vestimentaires, alimentation, etc.

Malgrè un scénario assez inégal, le premier et le deuxième volume sont intéressants. Avec le troisième, Bride Stories prend cependant une dimension différente. Les personnages sont attachants et, commes Smith cet occidental qui observe les traditions locales, le lecteur découvre petit à petit la façon de vivre et les préoccupations de ce peuple.

Les dessins de Kaoru Mori sont d’une extrême précision. Les tenues vestimentaires et les tissus sont remarquables. On s’y croirait presque !

Merci à Tiphanya qui, en m’offrant le premier volume de Bride Stories, m’a permis de faire ressurgir de ma mémoire les souvenirs d’un voyage en Asie Centrale que j’ai effectué il y a quelques années.

MORI, Kaoru, Bride Stories, Ki-oon, 2011.

 

 

 

7 pensées sur “Bride Stories –”

  1. Je crois bien qu’il est au CDI alors je pense me laisser tenter! Un petit manga de temps en temps, c’est bien, il s’agit juste de trouver la qualité parc qu’il y a de tout dans ce domaine quand même

La parole est à vous !

%d blogueurs aiment cette page :