Canopée – Karine Bernadou

Canopée porte un bien joli prénom, très symbolique… Le mot désigne l’étage supérieur des forêts, celui qui est en contact avec l’atmosphère, avec la liberté.

Notre Canopée, elle, vit dans la forêt avec ses parents. Elle vient de naître et sa mère lui donne le sein. Rien de plus normal pour un bébé. Sauf qu’elle grandit, devient adolescente et tête toujours, bien au chaud dans les bras de sa maman. Le père est complétement mis à l’écart bien entendu…

Le temps de quitter le foyer familial finit tout de même par arriver et Canopée se retrouve seule au beau milieu de la forêt. Elle se perd dans des chemins semés d’embûches et rencontre un ogre-jardinier mangeur de seins et de jambes, un joueur de flûte et des sirènes ou encore un amoureux sans visage. Dans cet univers mystérieux et onirique, elle fait face à ses propre démons -peur, jalouisie, désir, etc.- et apprend à grandir. La découverte de l’autre sexe ne se fait jamais sans difficultés…

En écho à cette histoire, le lecteur découvre la relation étrange qu’entretiennent Canopée enfant et son père. Amour, folie, tendresse et méchanceté alternent à travers des saynètes burlesques ou tragiques mais toujours décalées.

Le moins que l’on puisse dire, c’est que cette bande dessinée est déroutante. Les couleurs tout d’abord, une bichromie rouge et noir. L’absence de texte ensuite : pas un seul mot, pas une seule parole, c’est au lecteur de donner du sens aux images. Le scénario enfin : très étrange, à la fois poétique et psychanalytique, laissant la place à de nombreuses interprétations.

J’ai relu plusieurs fois Canopée. A chaque fois, j’y ai vu des symboliques différentes et de ce point de vue là, je trouve l’histoire très intéressante. Il ya de multiples choses à dire sur les différentes saynettes qui composent cette bande dessinée mais ce que je retiendrai, c’est que même avec un tel prénom -Canopée-, il n’est jamais facile de conquérir sa liberté…

BERNADOU, Karine, Canopée, Atrabile, 2011.

Critiques et infos sur Babelio.com

2 pensées sur “Canopée – Karine Bernadou”

La parole est à vous !

%d blogueurs aiment cette page :