« Africa trek 2 » de Sonia et Alexandre Poussin

Toujours aussi passionnantes les aventures de Sonia et Alexandre Poussin ! Petit rappel : ce couple a traversé l’Afrique à pied en suivant la vallée du rift, depuis l’Afrique de Sud jusqu’en Israël (voir ma note du mois d’août « Africa trek 1 »).

Dans Africa Trek 2, les deux marcheurs racontent le deuxième partie de leur voyage, du Kilimandjaro au lac Tibériade, soit 14 000 kilomètres. Voici un petit extrait. Ils sont en Ethiopie, les conditions de vie sont très difficiles et ils font l’objet d’injures et de jets de pierre incessants :

« nous ne voulons pas tricher avec l’espace, avec le temps, avec le fil de notre marche, avec le sens que nous avons voulu lui donner, avec toutes les promesses et les prières dont nous sommes porteurs, avec le souvenir de nos « sauveurs d’un jour » qui nous ont accueillis justement parce que nous marchions. Tous ces gens qui ne peuvent pas tricher avec leurs conditions de vie, qui ne peuvent pas prendre de bus ou des expédients pour s’épargner des souffrances. Endosser la condition des Africains, ça paraît snob, dans la bouche d’un Occidental, mais, pour nous, ça veut dire, depuis deux ans, vivre sur les mêmes pistes, sous le même soleil, dormir sur le même sol, se gratter les mêmes puces, c’est manger la même nourriture, c’est encourir les mêmes risques, les lions, les maladies, c’est endosser les mêmes souffrances, la faim, la soif, la crasse, et … les pierres … sachant que tous, de toute façon, souffrent au centuple, et que notre marche c’est de la rigolade aux yeux de ce qu’ils endurent tous les jours, toute leur vie. Alors que nous, nous avons le choix. Et que nous l’avons fait ce choix. Et qu’il faut l’assumer. » (p.352)

Heureusement, si ce voyage se fait dans des conditions parfois très difficiles, Sonia et Alexandre vivent beaucoup de grands moments de bonheur : rencontres avec les habitants, découverte des rituels secrets des jeunes mariés soudanaises, partage de la vie des Massaïs, cohabitation avec une caravane de dromadaires, escalade de la pyramide de Chéops…

On referme le livre en se disant qu’un troisième tome aurait sans doute été tout aussi passionnant. Je n’ai pas encore cédé à la tentation d’acheter le DVD tourné pendant ce voyage mais ça ne saurait tarder !

Pour ceux qui veulent en savoir un petit peu plus sur cette formidable aventure :

http://www.africatrek.com/weblog/

POUSSIN, Sonia et Alexandre, Africa trek 2, Robert Lafont, 2007.

« Sous l’étoile de la liberté » de Sylvain Tesson

En Union soviétique, de 1917 à 1991, des millions d’hommes (prisonniers politiques, juifs, mongols, bouddhistes…) furent condamnés au travail forcé dans les goulags. Certains d’entre eux se sont évadés pour conquérir leur liberté. Parfois, ils y ont laissé leur vie. Le climat et les régions hostiles à traverser étaient un obstacle de taille.

C’est sur leurs traces que Sylvain Tesson s’est lancé pendant huit mois, en 2003. Il a parcouru 6000 kilomètres à pied, à cheval ou à vélo de la Sibérie à l’Inde, en passant par la Mongolie et le Tibet. Ce n’est pas un exploit sportif qu’il raconte dans ce livre mais plutôt un cheminement sur une route beaucoup moins mythique que la route de la soie mais néanmoins très intéressante. Sylvain Tesson nous fait découvrir les régions qu’il a parcourues et les peuples qu’il a rencontrés. Il rend hommage à ces millions de prisonniers, victimes du totalitarisme, condamnés pour avoir été considérés comme des ennemis du progrès, mais qui n’ont pas renoncé à leur liberté.

Le photographe Thomas Goisque l’a rejoint à plusieurs reprises. Ses magnifiques photos illustrent le livre.

TESSON, Sylvain, Sous l’étoile de le liberté : six mille kilomètres à travers l’eurasie sauvage, Arthaud, 2005.
                                                

« Et Picasso peint Guernica » d’Alain Serres

« Et Picasso peint Guernica » retrace la vie de Pablo Picasso, depuis ses premières toiles peintes avec son père alors qu’il était encore enfant jusqu’à sa mort en 1973.

Alain Serres commente les oeuvres avec beaucoup d’émotion et de poésie et explique le contexte historique dans lequel elles ont été crées.

Bien entendu, une place très importante est accordée à Guernica : le bombardement de la petite ville basque, la réaction de Pablo Picasso quand il apprend le désastre dans les journaux, la genèse de l’oeuvre, les photos des différentes esquisses avant le chef d’oeuvre final…
Une reproduction grand format  du tableau est même proposée. Ce n’est rien par rapport à l’original qui mesure plus de 7 mètres de long sur 3,50 mètres de hauteur mais c’est tout de même mieux que les petites photos que l’on trouve habituellement dans les livres. Je me rappelle de mon étonnement lorsque j’ai vu cet immense tableau protégé par une vitre blindée au musée du Prado à Madrid. C’était lors d’un voyage scolaire avec le collège et je ne m’attendais pas du tout à quelque chose d’aussi impressionnant. C’est le souvenir le plus marquant que j’ai gardé de ce voyage !

Les pages en noir et blanc qui expliquent Guernica contrastent avec les pages très colorées des autres oeuvres : « Après trente-cinq journées et beaucoup de nuits de travail consacrées à Guernica, Picasso range ses pots de noir, de blanc et de gris. Les couleurs reviennent sur les toiles. La vie doit l’emporter. » (p. 37).

Ce livre est destiné aux enfants et aux adolescents mais il peut aussi intéresser les adultes non spécialistes de la peinture. Le commentaire de Guernica est vraiment passionnant et invite à poursuivre la réflexion.

« Africa trek 1 » de Sonia et Alexandre Poussin


En 2001, Sonia et Alexandre Poussin ont entamé une traversée de l’Afrique à pied, du Cap de Bonne-Espérance, en Afrique du Sud, au lac Tibériade, en Israël. Leur objectif était de refaire le parcours du premier homme en suivant la vallée du Rift. Cette aventure a duré trois ans. Ils sont partis seuls avec un sac sur le dos et sans sponsor, ce qui leur a permis d’être plus libre.

Dans Africa trek 1, ils racontent la première partie de leur voyage, du Cap au Kilimandjaro. Ils traversent l’Afrique du Sud, le Lesotho, le Zimbabwe, le Mozambique, le Malawi et la Tanzanie à la rencontre des africains. En dormant chez l’habitant, ils découvrent des modes de vie, des coutumes, des façons de penser… tous différents les uns des autres.

Ils n’hésitent pas à rester plusieurs jours au même endroit, en fonction des rencontres qui se présentent à eux. En Afrique du Sud ils font la connaissance de la responsable de l’atelier de céramique Ardmore, dans lequel sont formés des artistes Zoulous, venus frapper à la porte de l’atelier alors qu’ils étaient dans la misère. Ces créations  sont désormais vendues à prix d’or partout dans le monde.
Sonia et Alexandre vont également à la rencontre des animaux : rhinocéros, éléphants, lions… Dans un parc national, sur les ordres de leur guide, ils foncent droit vers une troupe de lion et évitent sans doute la mort. Les lions n’étant pas habitués à ce qu’on les charge, ils ne connaissent pas ce comportement et n’ont qu’une seule solution : fuir !

Africa Trek est un livre vraiment passionnant. Les aventures de Sonia et Alexandre Poussin nous permettent de découvrir une autre Afrique et surtout de comprendre le point de vue des habitants sur leurs pays (apartheid, sida, aide humanitaire, régimes politiques…). On est bien loin de nos regards d’occidentaux !

 

POUSSIN, Sonia et Alexandre, Africa trek 1, Robert Lafont, 2007.

 

%d blogueurs aiment cette page :