« Mujnak, La mer d’Aral assassinée » d’Alain Surget

Gengis, un jeune adolescent, habite à Mujnak, une petite ville qui se trouvait il n’y a pas si longtemps au bord de la mer d’Aral. Mais aujourd’hui, la mer est partie et les vieux bateaux rouillent dans le désert. Il n’y a plus de port, le sel est partout, les pesticides polluent l’eau et les aliments que le habitants consomment, les femmes donnent naissance à des bébés morts nés ou mal formés.
Malgré les menaces et les intimidations, Gengis et sa camarade Djazzia vont tenter d’alerter le monde et de sauver leur village. Mais « ramener la mer » est une mission vouée à l’échec.

Voilà un livre sur lequel je suis tombée par hasard, en flânant à la médiathèque. C’est le sujet qui m’a attirée. Mujnak, La mer d’Aral assassinée ne restera sans doute pas longtemps dans ma mémoire mais l’auteur, Alain Surget, a le mérite d’expliquer la catastrophe écologique et humanitaire de la mer d’Aral aux enfants. Ce n’est pas si souvent que l’on trouve de la littérature de jeunesse qui traite  de ce sujet.

SURGET, Alain, Mujnak, La mer d’Aral assassinée, Oskar jeunesse, 2007.

« Midi pile, l’Algérie » de J-P. Vittori

Un homme armé d’un révolver occupe la vieille voiture qui sert de quartier général à Julien, Saïd, Quentin, Bastien et Nicolas. Les cinq amis veulent le faire fuir pour pouvoir continuer à tenir leurs conseils secrets à cet endroit. Des son côté, l’homme est envahi par les souvenirs douloureux de la guerre d’Algérie.  Au moment où les cinq garçons armés de frondes et de billes d’acier s’apprêtent à l’attaquer, le grand-père de Saïd apparait : ils ne sont pas au bout de leurs surprises….

La guerre d’Algérie est un sujet dont on parle peu dans la littérature française en général et encore moins dans la littérature de jeunesse. Encore une fois, Rue du monde avec sa collection histoire d’histoire, affiche sa volonté de faire réfléchir les enfants et les adolescents sur l’histoire du monde qui nous entoure. Ce titre n’est sans doute pas le meilleur de la collection mais il a le mérite de traiter simplement d’un sujet parfois encore tabou en France.

VITTORI, Jean-Pierre et FERRANDEZ, Jacques, Midi pile, l’Algérie, Rue du monde, 2001.


« Même les mangues ont des papiers » d’Yves Pinguilly

Momo et Khady ont un rêve : partir de l’autre côté du monde pour gagner de l’argent et pouvoir soigner et nourrir leur famille. Le moment venu, ils quittent leur petit village, cachés dans une cargaison de mangues. Mais si les mangues ont des papiers, eux n’en ont pas…

Même les mangues ont des papiers raconte magnifiquement l’immigration clandestine vue de l’autre côté et par des enfants. Le sujet est difficile mais la fin du livre laisse quand même une part de lumière.

Encore une belle histoire publiée par la maison d’édition Rue du monde qui propose souvent aux enfants et aux adolescents des livres aux sujets originaux permettant la réflexion. Pas de prêt à penser mais plutôt une invitation à développer son esprit critique.

PINGUILLY, Yves et FRONTY, Aurélia, Mêmes les mangues ont des papiers, Rue du monde, 2006

 

%d blogueurs aiment cette page :