Ce n’est pas toi que j’attendais – Fabien Toulmé

Bande dessinée autobiographique, Ce n’est pas toi que j’attendais raconte l’histoire d’un père qui découvre à la naissance de sa fille qu’elle est trisomique. Fabien Toulmé revient sur le début de grossesse de sa femme, alors que le couple vit encore au Brésil avec Louise, leur fille âgée de quatre ans. Vient ensuite le déménagement en France, d’abord du côté de Blois puis, en région parisienne. Les rendez-vous chez le gynécologue et autres médecins se déroulent sans encombre même si le suivi n’est pas simple quand on change plusieurs fois de lieu de vie.

L’accouchement tant attendu arrive enfin mais le bébé a un problème cardiaque et une césarienne est pratiquée en urgence. Julia naît quelques minutes plus tard. Quand il la voit pour la première fois, Fabien Toulmé remarque sa physionomie particulière et n’arrive pas à la prendre dans ses bras. Il pose des questions mais le corps médical se veut rassurant. Après examens, on annonce pourtant au couple que Julia souffre d’une malformation cardiaque liée à la trisomie 21.

Pour Fabien Toulmé, c’est la douche froide. Il explique avec une sincérité touchante le temps nécessaire à l’acceptation du handicap et le chemin sinueux qui le mène à la rencontre de sa fille. Les larmes qui ne s’arrêtent pas de couler, la colère vis à vis des parents qui ont un enfant « normal », le parcours du combattant au niveau médical, les doutes par rapport à l’avenir, le regard des autres : l’auteur ne cache rien de ce qu’il ressent. Graphiquement, les tons monochromes, différents à chaque chapitre, et la simplicité du trait apportent une touche de douceur supplémentaire à un scénario qui ne tombe jamais dans le pathos.

Du point de vue émotionnel, c’est très fort. On lit la bande dessinée d’une traite et on la referme en se demandant comment la petite Julia va grandir, ce qu’elle va devenir. Ce qui est certain, c’est que l’auteur, qui n’arrive pas au départ à faire un câlin à Julia ou à lui donner le bain, déborde finalement d’amour pour elle. On le sent capable de déplacer des montagnes malgré les nombreuses difficultés.

TOULMÉ, Fabien, Ce n’est pas toi que j’attendais, Delcourt, 2018.

Pour le dernier RDV avant la trêve estivale, les amateurs de BD ont RDV chez Noukette.

16 réflexions sur « Ce n’est pas toi que j’attendais – Fabien Toulmé »

  1. Un parcours redoutable et sincère… et une lecture qui me remet en mémoire « une affaire personnelle » de Kenzaburô Oé sur le même thème.

  2. Découvert (et aimé) grâce à Jérôme. J’ai trouvé ce témoignage intéressant par sa sincérité. L’auteur n’hésite pas à s’affranchir du politiquement correct et de dévoiler ses pensées et réactions telles quelles.
    Le 2e point qui m’a intéressé c’est que, pour une fois, ce genre de témoignage non seulement est délivré sous forme graphique, mais surtout, c’est la vision d’un père que l’on a et c’est suffisamment rare pour être souligné. C’est aussi ce qui a fait que j’avais aimé, sur un thème approchant, Les petites victoires, d’Yvon Roy (lui aussi illustrateur/BDiste, ce ne doit pas être une coïncidence)

    1. J’ai beaucoup aimé Les petites victoires moi aussi. Petit à petit, les papas prennent la parole et c’est bien. Par contre, j’ai lu “Ou on va papa ?”, roman de Jean-Louis Fournier qui traite également du handicap et m’a laissée assez mal à l’aise.

Répondre à noukette Annuler la réponse.