« Coluche, l’histoire d’un mec »

C’est l’histoire d’un mec qui est au sommet de sa gloire et triomphe tous les soirs au théâtre du Gymnase, à Paris. Tous les français le connaissent et son franc parlé est fort apprécié. Sa maison ne désemplit jamais : tout le monde du spectacle et du showbizz -ou presque- s’y croise. Bonnes bouffes, alcool cigarette en tous genres : c’est la fête !

Pour déconner, il décide de se présenter aux élections présidentielles de 1981. Oui, mais voilà, si le clown fait rire, un certain nombre de personnalités politiques ou de simples citoyens le prennent au sérieux et décident de le soutenir. Avec 10, puis 15% d’intentions de vote, Coluche se laisse prendre au jeu et commence à y croire. Ce qui n’est pas du goût d’un certain nombre de dirigeants politiques…

Le film d’Antoine de Caunes ne nous apprend pas grand chose de nouveau sur cette période de la vie de Coluche mais il n’empêche, j’ai passé un bon moment de cinéma. Et François-Xavier Demaison -Coluche à l’écran- y est pour quelque chose ! Pour oser jouer un tel mythe, il faut une certaine dose de culot mais l’acteur est humble et accomplit sa mission à merveille.

Pour tout vous dire, j’ai hésité à aller voir ce film, car j’avais un peu peur à l’arnaque. J’ai bien fait de tenter ma chance !

Je suis ressortie en me disant : « Putain -oh le vilain gros mot…- si on avait un mec comme ça à l’heure actuelle, ça ferait pas de mal ». Vous êtes pas d’accord ?

7 réflexions sur « « Coluche, l’histoire d’un mec » »

  1. Je l’aimais beaucoup, pourtant ce film ne m’a que moyennement plu. Le côté noir de Coluche prend trop de place par contre à sa générosité. Ce film le rend trop antipathique: j’en ai été gênée.

  2. @Leiloona: je sais pas si on aura un jour quelqu’un d’aussi populaire et percutant que lui dans notre société!
    @Anne : C’est vrai que son côté noir ressort beaucoup, notamment la façon dont il considère sa femme… Et aussi l’ambiance qui règne lors des fêtes chez lui. Je crois que l’image que l’on garde de lui est celle du clown et du fondateur des restos mais est-ce que ça correspond vraiment à la réalité ???
    @YS : oui, plat de NOUILLES comme tu dis !

  3. Il manque, il manque c’est sûr. Et un Desproges aussi. Je n’irai pas voir ce film, je suis très gênée de voir un acteur en lieu et place de quelqu’un que l’on voit encore beaucoup, je ne peux pas y croire.

La parole est à vous !

%d blogueurs aiment cette page :