Comme neige – Colombe Boncenne

comme neige colombe boncenne

Lors d’une excursion dans le petit bourg de campagne de Crux-la-Ville, Constantin Caillaud découvre par hasard à la maison de la presse un livre d’Émilien Petit, un écrivain qu’il apprécie tout particulièrement et dont il pensait avoir tout lu. Le roman se trouve dans une vieille caisse contenant des livres neufs soldés à 2€. Le soir même, cet expert-comptable d’une imprimerie parisienne dévore Neige noire dans sa chambre d’hôtel et retrouve avec bonheur la plume et les personnages qu’il aime tant.

De retour à Paris, Constantin décide de recontacter Hélène, sa maîtresse. Ils se sont parlés pour la première fois lors d’une rencontre avec Émilien Petit dans une librairie. Ce sera donc une bonne occasion de renouer le contact. Malheureusement, Constantin n’arrive pas à remettre la main sur le texte pour le prêter à Hélène. Pire encore, personne ne semble connaître l’existence du roman, pas même l’éditeur d’Émilien Petit. Sur Internet, aucune trace non plus. Cette histoire tourne à l’obsession. Constantin veut à tous prix résoudre le mystère de Neige noire.

Ce court roman met en scène un passionné de littérature. Les références littéraires y sont nombreuses. Il est question de l’amour des livres ainsi que du milieu des écrivains et des journalistes que l’auteure connaît bien puisqu’elle travaille dans l’édition. Comment ne pas y être sensible lorsque l’on est soi-même un dévoreur de romans ?

La narration est bien maîtrisée, ménageant du suspens un peu à la manière d’une enquête policière et proposant quelques rebondissements inattendus. La quête du héros est prenante. Comme Constantin, le lecteur cherche à comprendre le mystère qui plane autour du roman d’Émilien Petit.

Malheureusement, Colombe Boncenne laisse le lecteur dans le flou le plus total au moment le plus important, celui du dénouement. Aucune hypothèse concernant ce livre dont tout le monde nie l’existence n’est plus vraisemblable que l’autre et on ne sait plus si on est dans l’illusion ou la réalité. Je déteste être baladée comme cela. Une fin ouverte, c’est bien mais seulement quand le lecteur a la possibilité de faire des hypothèses plausibles.

Certains ont loué l’originalité ainsi que l’aspect pétillant et décalé de ce roman. Pour ma part, je retiendrai une déception d’autant plus importante que j’aimais beaucoup avant de découvrir les dernières lignes.

BONCENNE, Colombe, Comme neige, Buchet Chastel, 2016.

110247335.to_resize_150x3000

28 réflexions sur « Comme neige – Colombe Boncenne »

  1. Ahhhhhh zut ! Il me faisait tant envie ! On verra bien (mais ça fleure pas très bon cette histoire de dénouement, moi aussi j’aime pas bien qu’on me laisse dans le flou !)

    1. J’ai eu une discussion avec Galéa à ce sujet. Elle pense que ce dénouement a été une solution de facilité pour l’auteure. Je ne sais pas si elle a raison. Mon coté gentille, voire naïve, me laisse penser que ce n’est pas le cas mais bon….

      1. Il viendra peut être jusqu’à moi avec les 68 premières fois alors on verra bien 😉 Ce qui est bien, c’est que g perdu un brin de mon enthousiasme, je serai moins déçue 😉

          1. rhalalalala ! Moi je l’ai lu au tout début, quand il était encore « nu » de toutes critiques ! Et j’ai adoré, un truc de fou … Mais évidemment après toutes ces éloges je me demande si ma lecture en serait différente ….

          2. J’ai lu le premier chapitre pour l’instant. Pas certaine que ce côté com,élément loufoque me convienne.

    1. Tu peux la lire de plusieurs façons je pense. Et il n’y a pas une hypothèse plus plausible qu’une autre, c’est bien là le problème.

    1. Les avis sont très contrastés sur ce livre alors peut être qu’il faut que tu te fasses ton propre avis quand même….

La parole est à vous !