« Contes d’Alexandrie » d’Eglal Errera

Les soirs de lune nouvelle, à Alexandrie, un homme qu’on appelait l’Alexandrin, donnait une fête en l’honneur des enfants de la ville. Il les recevait dans sa « maison basse et blanche avec une terrasse qui avançait sur la mer comme la proue d’un bateau » (p.7), et les écoutait parler et rire. En ce soir du moi de mai, « la fête ne se passa pas comme les autres fois : ce ne fut pas l’Alexandrin qui questionna et les enfants qui racontèrent mais lui qui parla et les enfants qui écoutèrent » (p.7-8). Dans un ambiance enchanteresse, Alexandrin raconte donc comment cinq rencontres ont bouleversé sa vie et fait de lui un homme heureux et aimé de tous.

Et son histoire est une belle leçon de tolérance. Alexandrin est un homme ouvert et sensible, humain, à l’écoute du monde qui l’entoure. Il vivait à une époque bien différente de la notre… « Et heureux, à Alexandrie, on l’était vraiment. Car, en ce temps-là, dans la ville entre l’eau et le désert d’Égypte, on savait vivre ensemble même si on ne se ressemblait pas, si on ne parlait pas la même langue et on ne goûtait pas aux mêmes plats.On était musulman, copte ou arménien, juif, grec ou italien, on venait de pays voisins ou de l’autre bout de la mer, on vivait là depuis toujours, depuis quelques centaines d’années seulement, ou moins encore. Cela n’avait pas d’importance.
Dans cette ville pas comme les autres, on disait qu’il n’y avait pas d’étrangers ou bien que tout le monde l’était. Et on aimait ça, ce mélange d’yeux bleus et noirs, de peaux claires  et cuivrées, d’accents et d’habitudes. On était heureux, vraiment. C’était il n’y a pas si longtemps. »

Encore une fois, Eglal Errera puise son inspiration dans sa ville natale, Alexandrie, et nous livre une histoire pleine de sensibilité et d’amour. Les photos d’Annie Assouline, retouchées et illustrées par Anne-Marie Adda, donnent un petit côté kitch et hors de temps à ce joli conte. Les jeunes lecteurs auront peut être besoin d’un adulte pour leur expliquer la portée symbolique de certains passages mais j’ai vraiment bien aimé ce livre.


ERRERA, Eglal, Contes d’Alexandrie, Actes Sud Junior, 2007.

La parole est à vous !

%d blogueurs aiment cette page :