Culottées 1 : Des femmes qui ne font que ce qu’elles veulent

Culottées, c’est quinze destins de femmes hors du commun. Célèbres ou anonymes, vivant à l’époque contemporaine ou il y a plus de 2000 ans, elles viennent d’horizons et de milieux sociaux complètement différents. Mais toutes ont décidé de faire ce qu’elles veulent de leur vie. Pour chacune d’entre elles, une courte BD de quatre ou cinq planches, suivie d’une magnifique illustration type album sur une double page.

Parmi ces femmes, certaines ont retenu mon attention plus que d’autres. C’est le cas de Clémentine Delais qui découvre à l’adolescence qu’elle a de la barbe. Un jour, elle fait une rencontre dans une foire qui change son destin. Désormais, elle assume sa pilosité et se fait connaître sous le nom de la femme à barbe. Sa renommée dépasse son département, les Vosges, et s’étend en Europe. Elle transforme en atout ce qui aurait pu être un complexe. Joséphine Baker, Agnodice, gynécologue en Grèce antique et toutes ces femmes qui se battent contre les guerres et les dictatures ou tout simplement pour vivre leur vie et pas celle qu’on voudrait leur imposer, m’ont également touchée.

Le trait de Pénélope Bagieu est assez simple mais efficace. L’auteur va droit au but, ne donnant à voir que l’essentiel de la destinée de ces femmes. Pour approfondir, il faudra forcément se renseigner ailleurs. Certains regretteront l’effet catalogue. C’est vrai que je risque d’oublier bien vite beaucoup de ces portraits. Ainsi réunis, ils forment cependant un bel ensemble et invitent à continuer le combat contre le dictat de la société qui est malheureusement loin d’être terminé.

BAGIEU, Pénélope, Culottées 1 : Des femmes qui ne font que ce qu’elles veulent, Gallimard Bande Dessinée, 2016.

    La BD de la semaine, c’est chez Stephie aujourd’hui

24 réflexions sur « Culottées 1 : Des femmes qui ne font que ce qu’elles veulent »

    1. Oui, je suis d’accord avec toi. C’est une invitation à approfondir les recherches sur ces femmes ( et sur toutes celles qui ne figurent pas dans le livre).

    1. Je ne sais pas comment Pénélope Bagieu a fait pour sélectionner les femmes dont elle souhaitait faire le portrait. Deux tomes, ça fait un peu plus d’une trentaine. Ce n’est pas énorme par rapport à toutes celles qui mériteraient d’être mises en avant !

    1. Ces deux livres sont un bel hommages rendu aux femmes qui ne se laissent pas marcher sur les pieds et invitent à aller dans le même sens.

    1. Nous avons toutes les deux été sensibles à ces illustrations alors ! Je ne sais pas si Pénélope Bagieu illustre des albums jeunesse mais elle en a les capacités en tous cas.

La parole est à vous !