Dans les branches – Emmanuelle Maisonneuve

index

Mo vit seul avec sa mère dans une maison à la campagne. Même si tout n’est pas rose, le collégien est soulagé de ne plus vivre avec Allan, son faux père, et de pouvoir passer tout son temps libre à jouer aux jeux vidéo. Dans ce monde virtuel, ses kilos en trop ne sont pas un souci et il n’a aucun problème relationnel. Il a enfin l’impression d’exister, d’être quelqu’un.

Lors d’une séance de course d’orientation, Mo prend mal la remarque d’une camarade et s’enfuit en courant. Il se perd dans la forêt, hurle, tombe, a l’impression d’être suivi par une créature mystérieuse, se prend les pieds dans une racine, entend un craquement d’os puis perd connaissance. La rencontre qu’il fait à son réveil change radicalement sa vie.

Vous en dire plus serait prendre le risque de vous gâcher le plaisir de la découverte mais je peux vous dire qu’on ne s’attend pas à cela en commençant le roman. Je pensais m’ennuyer avec une histoire de jeux vidéo et de créatures imaginaires. Cela n’a pas été le cas. Dans les branches commence comme un roman fantastique mais l’aventure prend bien vite le dessus et le texte ressemble par certains aspects à un roman d’apprentissage. Les chapitres sont courts et rythmés. Les personnages, bien que parfois un peu caricaturaux, sont intéressants. Le suspens est au rendez-vous.

Quelques bémols tout de même. Le narrateur étant Mo, le héros de l’histoire, l’auteure a voulu faire correspondre le style avec la façon de parler d’un jeune adolescent. Cela donne des phrases du genre « Et ton doigts ? j’ai fait » et aucune tournure négative correcte du point de vue grammatical. J’ai également trouvé le dénouement trop invraisemblable.

Ce roman fait partie de la sélection 5ème/4ème du prix des Incorruptibles. J’ai maintenant hâte de savoir ce que nos trolls vont en penser !

MAISONNEUVE, Emmanuelle, Dans les branches, Éditions Graine2, 2016.

6 réflexions sur « Dans les branches – Emmanuelle Maisonneuve »

    1. Il est assez gros et mes élèves ont eu du mal à l’emporter pour les vacances (il fait partie de la sélection des Incos alors ils doivent en lire un). J’ai hâte d’avoir leur retour.

    1. Ma collègue de lettres l’a été encore plus que moi. En tous cas, je sais que l’épaisseur du livre empêchera certains lecteurs de se plonger dedans. C’est dommage.

La parole est à vous !