D’après une histoire vraie – Delphine de Vigan

Il y a quelques années, Delphine de Vigan a remporté un grand succès avec Rien ne s’oppose à la nuit. Ce texte d’inspiration autobiographique met en scène sa propre mère sous un jour totalement défavorable. On reproche à l’auteur d’avoir exposé sa famille en la livrant en pâture aux médias. C’est pour cette raison qu’elle reçoit des lettres anonymes, qui la déstabilisent complètement. Delphine de Vigan est désormais incapable d’écrire la moindre ligne et sombre dans la dépression.

C’est à cette époque là, au cours d’une soirée, qu’elle rencontre L. Les deux femmes font connaissance et, assez rapidement, deviennent amies. Mais le lecteur est prévenu, cette histoire se termine mal. L’emprise de L. sur Delphine de Vigan est si importante qu’elle en devient oppressante et angoissante.

L’auteur nous montre alors qu’elle maîtrise les codes du thriller. Le tension monte, jusqu’au dernières pages.

Après le succès de Rien ne s’opposse à la nuit, Delphine de Vigan répond dans D’après une histoire vraie à tous ceux qui lui ont demandé ce qu’elle allait pouvoir désormais écrire. Ce dernier roman est d’ailleurs bien plus qu’un thriller ou un texte mettant en scène son propre auteur en proie à une panne d’écriture et à un double envahissant. Il interroge de manière remarquable le lien entre la fiction et le réel.

« Le réel, si tant est qu’il existe, qu’il soit possible de le restituer, le réel, comme tu dis, a besoin d’être incarné, d’être transformé, d’être interprété. Sans regard, sans point de vue, au mieux c’est chiant à mourir, au pire c’est totalement anxiogène. » p. 331

Vous en dire plus sur l’intrigue risquerait de vous gâcher le plaisir de la lecture mais attendez vous à être mené par le bout du nez.

D’un point de vue narratif, D’après une histoire vraie est une vraie réussite. Pour être honnête, cela fait très longtemps qu’un roman ne m’a pas fait réfléchir autant sur mon propre rapport à la lecture et sur la littérature en général. Certains reprochent à l’auteur son nombrilisme. Personnellement, je lis les textes de Delphine de Vigan comme tous les autres, c’est-à-dire sans jamais me demander quelle est la part de fiction et celle de réalité.

« Même si cela a eu lieu, même si quelque chose s’est passé qui ressemble à cela, même si les faits sont avérés, c’est toujours une histoire qu’on se raconte. On se la raconte. » p. 446-447

Si Rien ne s’oppose à la nuit reste mon roman préféré de Delphine de Vigan -il a beaucoup raisonné en moi- D’après une histoire vraie est un texte que je trouve remarquable de par son propos, sa construction et sa mise en abîme.

DE VIGAN, Delphine, D’après une histoire vraie, JC Lattès, 2015.

11 réflexions sur « D’après une histoire vraie – Delphine de Vigan »

  1. moi aussi j’ai drôlement bien aimé ce texte remarquable qui m’a totalement emporté ! Une lecture totalement addictive même si, comme toi, Rien ne s’oppose à la nuit reste mon roman élu

La parole est à vous !

%d blogueurs aiment cette page :