Des hommes – Laurent Mauvignier

Il se prénomme Bernard mais tout le monde au village l’appelle Feu-de-bois. 63 ans. Une odeur de crasse qui ne le quitte jamais. Des cheveux jaunis par le tabac. Un cerveau cramé par l’alcool, la solitude et les souvenirs qui le hantent. La haine chevillée au cœur. Une femme et des enfants qu’il a quittés et dont il ne se préoccupe plus. Une famille qui le considère comme un moins que rien. Pour l’anniversaire de Solange, sa sœur, Feu-de-Bois a pourtant fait des efforts. Il sent moins mauvais et s’est habillé proprement. Mais il se met tout le monde à dos en offrant une magnifique broche dont le prix est bien trop élevé pour quelqu’un qui vit au crochet des autres. Ce qui devait être un jour de fête se transforme en fait divers. Un invité que Feu-de-bois ne peut supporter de voir là, une étincelle qui s’embrase et le passé ressurgit.

C’était il y a quarante ans. Bernard, Rabut et Février, comme de nombreux autres jeunes hommes de leur âge, sont appelés en Algérie. Ils y passent deux ans. A leur retour, ils ne parlent de rien ou seulement de quelques banalités. Pourtant, leurs jours et leurs nuits sont hantés par les souvenirs. Ce qui s’est passé là-bas est indicible.

A travers ce roman polyphonique, Laurent Mauvignier donne la parole aux sans voix. Il décrit de manière remarquable ce que ressentent ces hommes qui n’ont rien demandé et se retrouvent au milieu d’un conflit qui ne les concerne pas vraiment. Bernard n’est pas un méchant, c’est juste un jeune paysan qui n’a pas de chance et que la vie malmène. L’auteur nous permet d’approcher sa blessure au plus près. Il démonte une à une les barricades qu’il a construites pour pouvoir continuer un semblant de vie. Il décrit ce qui est enfoui au plus profond, ce qui brise à jamais un homme, ce qui le fait devenir une épave. Des hommes dépasse largement le cadre de la guerre d’Algérie. C’est le roman du traumatisme, des conflits qui dévastent l’être humain.

MAUVIGNIER, Laurent, Des hommes, Les éditions de Minuit, 2009.

21 réflexions sur « Des hommes – Laurent Mauvignier »

    1. Je l’ai découvert récemment avec « Continuer » et j’ai tellement aimé que j’ai envie de découvrir ses romans petit à petit. Quelle écriture !

    1. C’est le deuxième que je lis et son écriture me plaît beaucoup. Ma médiathèque a beaucoup de titres de lui et je pense que je vais enchaîner sur « Dans la foule ».

  1. Le sujet m’intéresse ! De Mauvignier, j’ai lu Dans la foule, roman qui se passe à Bruxelles au stade de Heysel durant le drame de 1985.c’etait étouffant, physiquement, j’avais la sensation d’être là-bas tellement l’écriture était nette et efficace. Je te le recommande

    1. Merci pour le conseil. Je l’ai déjà repéré et j’espère bien le lire rapidement. Laurent Mauvignier a effectivement une qualité d’écriture remarquable.

La parole est à vous !