Emma et Capucine – Jérôme Hamon et Lena Sayaphoum

Sans Gambadou, je n’aurais sans doute jamais ouvert cette bande dessinée. D’ailleurs, je l’avais feuilletée en librairie puis reposée, pas spécialement attirée par le graphisme et persuadée d’avoir entre les mains une énième BD pour fille au scénario plat. Il n’en est rien.

Emma et Capucine sont deux sœurs qui rêvent d’entrer à l’école de danse de l’Opéra de Paris. Elles s’entraînent deux heures par jour depuis des années, poussées par leur mère qui n’est pas toujours tendre avec elles. Pour réussir, il faut travailler dur ! A trois jours du concours, Emma craque. Elle a besoin d’une mère plutôt que d’un deuxième entraîneur. Son père se demande si ses filles rêvent vraiment d’aller dans cette école ou si elles dansent pour faire plaisir à leur mère.

Le jours du concours d’entrée arrive. Capucine est acceptée tandis qu’Emma est recalée. Les deux sœurs envisageaient leur avenir ensemble. Désormais, Capucine, qui est encore très jeune, va devoir poursuivre dans cet univers impitoyable seule. Emma, elle, se demande ce qu’elle va bien pouvoir faire de sa vie. A-t-elle vraiment envie de continuer la danse classique ?

Le graphisme d’inspiration manga et film d’animation, signé Léna Sayaphoum, attirera immanquablement les ados. Avec la danse pour sujet principal, peu de chance que les garçons se jettent sur cette série. Et pourtant, elle pourrait les intéresser eux aussi. Car plus que de la danse, ce sont des rêves et de l’avenir des ados dont il est question ici. Quelle est le rôle des parents ? Comment se détacher de l’influence familiale ? Comment être certain que l’on fait les bons choix ?

Le rôle du père est intéressant dans le scénario de Jérôme Hamon. Il soutient ses filles tout en leur offrant la possibilité d’être libres tandis que la mère, pour des raisons que l’on comprend au fil des pages, est persuadée que le rêve d’Emma et de capucine est le même que le sien. Le premier opus, Un rêve pour trois, porte bien son titre… Le deuxième tome, consacré aux doutes des deux adolescentes quant à leur avenir et à leurs histoires d’amour et d’amitié, est plus classique mais nul doute que les collégiennes s’y retrouveront.

L’avis de Jacques sur le tome 1.

HAMON, Jérôme, SAYAPHOUM, Léna, Emma et Capucine 1 : Un rêve pour trois, Dargaud, 2017.

HAMON, Jérôme, SAYAPHOUM, Léna, Emma et Capucine 2 : Premiers doutes, Dargaud, 2017.

Découvrez d’autres BD chez Noukette.

36 réflexions sur « Emma et Capucine – Jérôme Hamon et Lena Sayaphoum »

  1. A la maison, je n’ai pas le public « qui va bien » pour ce type d’univers. Ça m’étonnerait que mes deux petits mecs se laissent tenter. Et j’aime bien lire avec eux… Je regarderai avec eux en librairie mais j’ai de gros doutes.

    1. Oui, moi aussi. Je l’ai présentée hier en disant que contrairement à ce qu’on pourrait penser ce n’est pas une « BD pour filles » mais les garçons ne se sont pas jetés dessus, tu penses bien.

  2. Effectivement, même si les couvertures sont très jolies, ne ne me serais pas dirigées vers ces BD même si j’avais lu un ou deux avis positifs.
    Le tien m’encourage à les lire. Je vais essayer de les trouver à la bibliothèque.

  3. En te lisant, j’ai pensé à mes deux nièces qui veulent être petits rats à l’Opéra!
    Bon, elles ont 6 ans et sont en Bretagne….
    Pourquoi pas découvrir ces BD avec elles.

  4. ce titre m’est passé plusieurs fois sous les yeux ces dernières semaines. je m’ajoute à la liste des profs-docs qui le feront découvrir à leurs élèves, et ton billet y est pour quelque chose ! 😉

    1. J’ai encore deux élèves qui sont venues me voir ce matin pour savoir si le premier tome avait été rendu. Je pense que c’est une série qui va avoir du succès.

La parole est à vous !