Encore heureux qu’il ait fait beau – Florence Thinard

Un phénomène étrange vient de se produire : la bibliothèque Jacques Prévert se retrouve à voguer au milieu de l’océan sans que l’on puisse expliquer pourquoi. A l’intérieur, la bibliothècaire, le directeur, les 6èmes F, Saïd, le prof de techno et la femme de ménage ne peuvent compter que sur eux-mêmes en attendant les secours qui vont mettre vingt-huit jours à arriver.

Une fois l’impensable admis, la vie à bord s’organise : on pêche pour se nourir, on essaie de trouver des techniques pour calculer sa position et sa vitesse, on utilise des rideaux pour recueillir l’eau de pluie, on organise des tours de garde pour guetter le passage d’avions ou de bateaux qui pourraient découvrir les naufragés, etc. L’expérience des uns et des autres et les connaissances acquises grâce à certains livres permettent de survivre et d’améliorer le quotidien. Chacun doit trouver sa place dans le groupe et révèle des aspects de sa personnalité que les autres ne soupçonnaient pas au départ. Ainsi, Saïd le caïd se transforme en une personne sérieuse sur qui les autres peuvent compter.

Encore heureux qu’il ait fait beau est un roman d’aventure plein d’humour et de rebondissements qui se lit facilement. La littérature y tient une place importante, ce qui n’est pas pour me déplaire ! On regrettera cependant certains apects un peu caricaturaux : le prof de techno qui bricole, la bibliothècaire qui lit des histoires, la femme de ménage qui fait la cuisine, le gros dur qui se transforme en gentil, les connaissances qui  trouvent un sens d’un seul coup, etc. Heureusement, l’optimisme, l’entraide et le dépassement de soi contrebalancent un peu tout cela.

THINARD, Florence, Encore heureux qu’il ait fait beau, Thierry Magnier, 2013.

5 pensées sur “Encore heureux qu’il ait fait beau – Florence Thinard”

La parole est à vous !

%d blogueurs aiment cette page :