Entre tradition et modernité

Un titre en forme de question, Pourquoi ?, et des bougies sur un fond blanc en guise de première de couverture : surprenant pour un roman qui traite d’un sujet aussi difficile que l’excision, non ? C’est la seule chose qui m’a dérangée dans ce livre. Je me dis qu’il risque d’attirer de jeunes lecteurs, pas du tout préparés à ce genre de sujet. Ceci dit, Moka signe encore une fois un beau roman (et, bien souvent, ce ne sont pas les auteurs qui choisissent leur première de couverture !).

Wafa, 14 ans, vit à Cherbourg avec ses parents, ses frères et sœurs, sa grand-mère, son oncle et sa tante et ses cousins. Toute la famille est originaire de Somalie et Nawal, la grand-mère fait tout pour conserver les traditions, les bonnes comme les moins bonnes, celles qui sont autorisées comme celles qui ne le sont pas. Elle règne en maître sur la famille et personne n’ose remettre en question son autorité. Alors, quand Wafa comprend, à l’approche des six ans de sa petite sœur, Makeda, que l’heure est venue pour celle-ci d’être soumise à l’effroyable tradition de l’excision, elle décide de s’enfuir avec elle pour la protéger. Les deux fillettes se retrouvent seules à Paris. Où aller ? Où manger ? Où dormir ?

Pendant ce temps, à Cherbourg, les frères de Wafa se posent beaucoup de questions. Pourquoi la jeune fille, si respectueuse de la famille, si travailleuse à l’école comme à la maison, a t-elle disparu ? Pourquoi les adultes ne veulent-ils pas leur dire la vérité ? Pourquoi ne préviennent-ils pas la police ? Les garçons, et surtout Cali, le plus grand, se sentent écartelés entre le respect des traditions et de la famille et l’envie de découvrir la vérité, de ne pas laisser la grand-mère, Nawal, décider de tout.

                                                     

Ce roman dénonce la soumission des femmes à leur mari et à leur famille ainsi qu’à des traditions inhumaines dans certaines sociétés africaines. Il montre deux mondes séparés qui vivent l’un à côté de l’autre sans chercher à se comprendre : celui des hommes et celui des femmes. Mais heureusement, les jeunes générations forcent la marche vers la modernité : l’école et l’éducation y sont pour beaucoup. A mon sens, le guérisseur, appelé pour chasser un démon, a un rôle primordial dans cette histoire. Il montre qu’il est possible de trouver un équilibre entre tradition et modernité. En effet, ce guérisseur soigne grâce aux plantes, comme en Afrique, mais il est aussi parfaitement intégré à la société moderne : ses filles font des études, elles ne seront pas mariées de force, etc.

Fille des crocodiles de Marie-Florence Ehret dénonce également l’excision des petites filles.

MOKA, Pourquoi ?, L’école des loisirs, 2006.

La parole est à vous !

%d blogueurs aiment cette page :