Et que la nuit glisse sur le bleu de ta jupe – Chantal Portillo et Hally Pancer

Aujourd’hui, je vous présente un livre qui serait sans doute resté longtemps sur les étagères du CDI si Calypso n’avais pas lancé son challenge « Un mot, des titres ». Ce mois-ci, il fallait lire un livre comprenant le mot « bleu » dans le titre.

Et que la nuit glisse sur le bleu de ta jupe fait partie de la collection photo roman de l’éditeur Thierry Magnier. Le principe est le suivant : des photographies dont il ignore tout sont confiées à un écrivain. A lui ensuite d’écrire un texte où ces clichés joueront un rôle majeur. C’est une collection que j’aime beaucoup mais, allez savoir pourquoi, je n’ai jamais été attirée par ce titre. Je l’ai découvert un peu par hasard et comme c’est une jolie découverte, je vais en faire la promo auprès de mes élèves à la rentrée !

 Qui est-elle ? D’où vient-elle ? Personne ne le sait à Lenbourg. Bleuet est arrivée un jour dans le village avec sa poule -une vraie-, sa jupe en cuir et ses hauts talons. Zora, la patronne de l’Hôtel de l’Orient, l’a recueillie sans rien lui demander en échange. La jeune femme est muette et arpente les rues. Parfois, elle monte avec un homme dans sa chambre. Elle ne demande jamais rien en échange et distribue ce que chacun veut bien lui donner. Elle fait toujours ça debout sous les yeux de Marylin, sa poule. Cette fille est insaisissable. Son mystère fascine… Quand Tim La Poisse débarque dans le village, ses yeux ne peuvent se détacher de Bleuet. Leur vie à tous les deux va basculer…

Des photos d’Hally Pancer qui évoquent la campagne, les petits bourgs modestes du Nord de la France, les lieux désertiques et sombres. Un texte de Chantal Portillo tout en émotion, en délicatesse et en retenue. Les femmes tiennent un rôle important dans la misère ambiante de Lenbourg. Elles sont fortes malgré les difficultés et cherchent à donner du sens à leur vie. Les hommes eux, qu’ils soient jeunes ou moins jeunes, ont des réactions plus « animales », plus excessives. Un roman à l’atmosphère particulière qui mérite d’être lu.

PORTILLO, Chantal, PANCER, Hally, Et que la nuit glisse sur le bleu de ta jupe, Thiery Magnier, 2008.

3 pensées sur “Et que la nuit glisse sur le bleu de ta jupe – Chantal Portillo et Hally Pancer”

  1. Je ne suis pas certaine d’apprécier ce livre mais une chose est sure : j’adore le titre !
    Merci d’avoir participé à cette première session !

La parole est à vous !

%d blogueurs aiment cette page :