Fables amères : Détails futiles – Chabouté

Dans ce nouvel opus des Fables amères, Chabouté propose onze nouvelles à chute. Avec une économie de mots -ils sont même totalement absents de certaines histoires- et une maîtrise parfaite des silences et de la lenteur, l’auteur se joue des préjugés et des lâchetés de l’être humain. Il pointe du doigt nos comportements et dénonce les travers d’une société qui a tendance, il faut bien l’avouer, à ne regarder que son nombril.

Ainsi on suit les pas de ces SDF devenus invisibles aux yeux du monde, d’un malade dans sa chambre d’hôpital, d’un handicapé lors d’un rassemblement politique ou encore d’un jeune de banlieue qui, forcément, fait du trafic de drogue. A travers de petits évènements qui pourraient passer inaperçus mais qui, en réalité, en disent long, Chabouté passe au peigne fin les contradictions et les paradoxes du XXIème siècle. Il se garde bien de tout jugement, son ton n’est jamais moralisateur. Le lecteur rit cependant jaune car il sait que l’auteur dit vrai.

Le dessin en noir et blanc est un vrai délice. Les corps, les attitudes, les visages disent beaucoup. Les décors ne sont pas en reste, tout comme les cadrages et les découpages qui donnent une dynamiques aux récits.

Cet album, je l’ai lu plusieurs fois depuis que je l’ai acheté. Chabouté sait surprendre son lecteur quand il ne s’y attend pas et les détails qu’il met en avant ne sont pas si futiles que cela si on prend la peine d’y réfléchir. A découvrir sans hésiter donc !

L’avis de Jérôme.

CHABOUTÉ, Fables amères : Détails futiles, Vents d’Ouest, 2019.

Cette semaine, c’est chez Stéphie que l’on savoure les bulles !

25 réflexions sur « Fables amères : Détails futiles – Chabouté »

    1. Je n’ai lu que Zai Zai Zai zai de Fabcaro et je suis complétement passée à côté. Par contre, j’ai feuilleté son dernier roman et j’ai esquissé quelques sourires. Il faudra donc que je me lance à nouveau.

  1. J’aime beaucoup Chabouté ! Bonne idée que de s’inscrire sur sa page FB, je n’y avais pas pensé, merci !!

    1. Je suis inscrite à quelques comptes de dessinateurs et j’aime beaucoup ça ! Ca permet parfois de mieux comprendre leur travail.

La parole est à vous !