Florida – Jean Dytar

1562. Le cartographe dieppois Jacques Le Moyne de Morgues débarque en Floride en compagnie d’autres protestants. L’expédition, commandée par l’amiral de Coligny, est dirigée par les commandants Ribault et Laudonnière. Elle a pour objectif d’affaiblir l’Espagne catholique dont l’influence est importante aux Amériques, de trouver un éventuel refuge pour les protestants français, de cartographier le territoire et de trouver de l’or.

Jacques Le Moyne revient trois ans plus tard marqué à jamais par ce qu’il a vécu. Il refuse d’en parler. Même sa femme, que les cartes font rêver et qui aurait aimé partir à sa place, ne sait pas ce qu’il s’est passé. Jacques a tourné la page de la cartographie et des dessins ethnographiques. Il vit désormais en Angleterre et réalise des illustrations florales qui servent de motifs de broderie pour Marie Stuart.

Des années après, William Raleigh, un des favoris de la reine Elisabeth, invite Jacques et sa femme à dîner en compagnie de Richard Hakluyt. Ce dernier s’intéresse à l’expédition des français en Floride. Il s’agit de convaincre la reine -et la population- du bien fondé de la création d’une colonie au Nouveau Monde. Si Jacques est totalement réfractaire à ce projet, il va enfin s’ouvrir à sa femme.

Récit intimiste au sein d’une aventure collective, Florida est une bande dessinée passionnante qui touche à la tragédie. Le dessin soigné de Jean Dytar navigue entre passé et présent à l’aide d’un code couleur facilement identifiable. D’un point de vue graphique, c’est une réussite. On y trouve même des gravures de Théodore de Bry, réalisées en 1591, qui montrent la vision du sauvage à cette époque.

Le scénario n’est pas en reste, mêlant fiction et réalité. On sait peu de chose sur la femme de Jacques Le Moyne. Tout ce que raconte l’auteur à son sujet est donc pure imagination. Par contre, cette expédition en Floride est bien réelle. Jean Dytar a imaginé le ressenti du cartographe pour donner de la profondeur au récit. Quel regard portons nous sur l’Autre ? Quels sont les enjeux de la connaissance et de la représentation du monde ? A quelle distance nous confrontons nous au réel ? Autant de questions pour lesquelles on trouve des éléments de réflexion dans cet album. Et que l’on peut transposer, si on le souhaite, à notre époque.

DYTAR, Jean, Florida, Delcourt, 2018.

Cette semaine, c’est chez Stéphanie que vous découvrirez d’autres bulles !

32 réflexions sur « Florida – Jean Dytar »

    1. Bonne lecture alors ! Si tu aimes, je te conseilles d’aller sur le site de Jean Dytar après ta lecture. C’est un bon complément que j’ai trouvé très intéressant.

  1. Du mêm auteur, j’ai lu « La vision de bacchus » (dédicacé en plus) que je te conseille, et avec mon ami, on a acheté Florida en occasion il y a quelques semaines… Il faut que je trouve le bon moment pour me lancer !

La parole est à vous !