Greffier – Joann Sfar

Le dessinateur de bandes dessinées Joann Sfar a assisté en 2007 au procès intenté à Charlie Hebdo suite à la publication des caricatures de Mahomet. Greffier est le compte-rendu des débats qui ont eu lieu pendant ce procès. Plus qu’un plaidoyer pour la liberté de la presse, ce livre permet de comprendre tous les enjeux qui se cachent derrière le procès.

Joann Sfar revient sur les raisons de la publication des caricatures dans la presse danoise puis française. Il rappelle également que les plaignants (la mosquée de Paris, l’UOIF et la ligue islamique mondiale) ont attaqué uniquement Charlie Hebdo alors que ce n’est pas le seul journal à avoir publié les dessins.

Les propos de Philippe Val, de l’avocat Richard Malka, d’Elisabeth Badinter et des autres appelés à la barre montrent que si le tribunal donne raison aux plaignants, le résultat de ce procès aura des conséquences graves pour les musulmans non extrémistes et pour la liberté partout dans le monde.

Lire ce livre quelques mois après les attentats de janvier dernier contre Charlie Hebdo lui donne bien entendu une résonance toute particulière. Les mots me manquent pour décrire ce que l’on peut ressentir. Comment combattre l’islamisme radical ? Quelle issue à ce combat ? Combien de morts pour que la lumière émerge enfin des ténèbres ?

La dernière partie de Greffier est consacrée aux chroniques publiées dans l’hedomadaire satirique par Joann Sfar deux ans avant le procès. Je les ai trouvées beaucoup moins intéressantes et j’ai même fini par abandonner le livre. Par contre, le compte-rendu des débats qui se sont déroulés pendant les procès est passionnant. L’écrit prend tellement de place -dommage d’ailleurs que le dessinateur ait une écriture si compliquées à lire- qu’on en oublie presque les dessins.

C’est une lecture exigeante mais indispensable pour qui s’intéresse aux enjeux et à l’avenir de notre monde.

SFAR, Joann, Greffier, Delcourt, 2007.

7 réflexions sur « Greffier – Joann Sfar »

  1. Je l’ai lu il y a un bout de temps, et aussi les autres carnets de Sfar, j’aime bien, mais tu as raison, l’écriture se promène partout…

La parole est à vous !

%d blogueurs aiment cette page :