Home – Toni Morrison

Frank Money -un nom pareil ça ne s’invente pas surtout quand on est pauvre !- rentre de la guerre de Corée et le moins que l’on puisse dire c’est qu’il est resté marqué par ce qu’il a vécu là-bas. Il ne veut pas retourner à Lotus, la ville où il a grandit, pour ne pas avoir à affronter le regard des parents de ses deux camardes d’enfance partis avec lui et tous deux décèdés sur le champ de bataille.

Pourtant, une lettre ou plutôt un appel au secours va le faire changer d’avis. Il apprend que Cee, sa soeur cadette, ne va pas bien du tout. Elle risque de mourir. Frank ne l’a pas vu depuis longtemps mais, enfants, ils étaient complice et lui porte une grande affection. Il n’hésite pas une seule seconde à parcourir des centaines de kilomètres en transport en commun, sans argent, pour l’enlever des mains de la personne qui lui fait subir des atrocités.

Petit à petit, le lecteur découvre le passé de Frank et de sa soeur. Leur vie de misère, leur enfance difficile, les raisons qui les ont fait fuir leur milieu d’origine, les difficultés qu’ils ont rencontrés quand ils se sont retrouvés seuls, etc.

Frank et Cee sont noirs, on le devine au bout de quelques dizaines de pages. Et Toni Morrisson, plutôt que de faire de longs discours, suggère le racisme auquel ils doivent faire face. On est au milieu des années 1950 et aux États-Unis, la ségrégation est toujours d’actualité. Les noirs se font régulièrement agressés dans la rue. Cela va même parfois plus loin, en témoigne l’horreur subie par Cee.

Home aborde également de manière assez subtile la question des origines et du retour sur soi. Comment notre milieu social et notre famille influencent t’ils nos choix d’adulte ? Quel est notre part de responsabilité dans nos propres choix ? Comment peut-on modifier le cours des choses ?

En 150 pages seulement, grâce à une écriture trés romanesque, Toni Morrison en dit long. Les vies de Frank et de Cee ne sont qu’un prétexte pour aborder plusieurs thèmes essentiels : le racisme, la ségrégation raciale, les origines familiales, la réflexion sur soi-même, etc. Home est un roman qui se dévore. J’ai découvert l’auteur avec ce livre et je crois bien que je ne vais pas m’arrêter là !

                   

J’ai lu ce livre dans le cadre des matchs de la rentrée littéraire 2012 organisés par PriceMinister et il faut donner une note au livre que l’on a lu afin d’établir un classement au sein de la sélection proposée aux blogueurs. Ce n’est pas un exercice facile car les critères sont forcément différents d’une personne à l’autre mais j’attribue un 16/20 à Home.

                       

Maintentant, je suis curieuse de voir les avis d’Enna, Midola, Mrs B, Valérie et Thiphanie qui ont lu ce livre en même temps que moi ou presque et doivent publier un billet aujourd’hui. l

MORRISON, Toni, Home, Christian Bourgois éditeur, 2012.

6/7

 

 

 

20 pensées sur “Home – Toni Morrison”

  1. C’est incroyable tout ce qu’elle a réussi à mettre dans seulement 150 pages ! Tout un monde ! Et je suis d’accord avec toi; accorder une note est vraiment difficile (et j’aurais tendance à dire que ça n’a aucun sens).

  2. Très beau billet, je n’ai aps mis la note sur mon billet mais j’aurais attribué un 16 également, parce que j’ai apprécié l’histoire et l’écriture mais j’aurais voulu que cela dure plus longtemps ^^

La parole est à vous !

%d blogueurs aiment cette page :