J’ai fini par renoncer à ce que j’avais pourtant crié haut et fort…

Comme beaucoup, je suis désormais sur Facebook… J’avais pourtant dit que je n’en voyais pas l’utilité, que c’était trop chronophage et que sais-je encore. Par contre, je n’ai pas dérogé à mon principe number 1 : l’ananonymat.

Je me rends compte que c’est finalement un outil sympa pour communiquer, être au courant des petits concours que l’on trouve à droite et à gauche sur le web, etc. Le problème, c’est qu’en quelques jours, je suis déjà un peu addict : je me connecte plusieurs fois dans la journée…. Il va donc falloir contrôler tout ça !

Si vous voulez me rejoindre, c’est ici. Et n’hésitez pas à me faire part de vos expériences -positives ou non- sur les réseaux sociaux.

15 pensées sur “J’ai fini par renoncer à ce que j’avais pourtant crié haut et fort…”

  1. Moi j’y assume mon identité et mes idées parce que l’anonymat est je crois le fait de celui qui se cache. Et pourquoi se cacher quand on assume ce qu’on dit ? Des flics ? Je n’ai rien à cacher aux flics, qu’ils sachent ma militance ne me gêne pas, au contraire. Et de toute façon ils sauront toujours me retrouver. des pirates ? Itou, ils n’ont que faire de l’anonymat. De mes voisins ? Mais bon Dieu qu’ils sachent pourquoi je lutte est un nécessaire pendant à mon action. Je m’occupe aussi de choses plus légères… Et ainsi ça aide à me connaître. C’est en me connaissant que les vraies amitiés peuvent naitres. par contre je ne serai jamais ami avec un anonyme à moins de le connaître par ailleurs. Je me méfie des anonymes et des usurpateurs d’identité : j’ai eu plein d’emmerdes avec eux, plein ! Mais ça ne m’a pas empêché d’en démasquer certains… Je parle d’ailleurs de certains pirates sur mon blog…
    Il fut un tant où j’étais anonyme, mais pas sur FB, et je m’impliquais moins. J’ai vite découvert que ça ne me protégeait de rien, au contraire. Evidemment je ne blogue pas pour parler de la mode et pousser des « lol » toutes les deux virgules, itou sur FB… Mais bon, chacun ses limites hein ? Je trouve quand même que ça manque de panache de cacher honteusement ses idées. Sauf évidemment si on a un devoir de réserve par rapport à sa situation sociale… M’enfin je ne me fais aucune illusion quant à la capacité des patrons à retrouver l’auteur. L’illusion d’impunité donne à trop de gens licence de déchainer leurs passions les plus négatives, je l’ai vu. Un sociologue a d’ailleurs fait un paier là dessus que j’ai relayé sur FB… Alors bien sur, mon blog est sous pseudonyme, plus par souci de m’y retrouver et séparer son activité de l’administrative, mais comme j’y fais référence non seulement à ma ville mais aussi de temps à autre à la presse locale et même aux articles qu’y m’y ont donné la parole ou fait référence à mes actions, qu’en fait d’anonyma c’est bison pour qui se donne la peine de passer plus de cinq minutes sur juste les photos.
    Je ne prise guère l’anonymat : il est à la source de toutes sortes de dérives. Et sur FB moins qu’ailleurs, d’autant qu’il est facile d’y virer celui qui nous emmerde. On bloque et basta…
    Bon AM

  2. J’ai essayé il y a deux ans puis me suis résiliée assez rapidement. Ce truc ne me plaisait pas, me compliquait la vie, me donnait à voir des choses que finalement je n’avais pas envie de voir… et je ne parle même pas du temps bouffé là-dessus! Une mauvaise expérience… c’est fou comme je me sens mieux maintenant sans facebook, même si j’ai parfois l’impression d’être un peu la seule au monde à ne pas être abonnée!

  3. Comme toi, j’avais dit, Facebook : aucun intérêt. Finalement, j’ai cédé au chant des sirènes qui me laissaient croire que je me trompais. Il ne m’aura fallu que quelques mois pour que je finisse par désactiver mon compte. Je n’y ai rien trouvé que je ne trouvais pas déjà autrement ailleurs.
    Quant à la diatribe de Mikael, je pense qu’elle est hors sujet et frise la parano (tout ça pour finir par dire que son blog est écrit sous pseudo !). L’anonymat des blogueurs/blogueuses n’a rien à voir avec l’anonymat des trolls qui déversent leurs commentaires injurieux partout.
    Comme toi, j’utilise un pseudo. Il ne s’agit aucunement pour moi de me cacher derrière pour en profiter et déverser mon fiel à tout va. Je ne suis pas dupe, je sais bien qu’il n’est qu’un fragile simple paravent pour qui chercherait à me percer à jour, mais au moins il me permet de conserver mon jardin secret auprès de mon entourage familial et/ou professionnel. Il n’empêche nullement de s’impliquer et d’exprimer haut et fort ses idées. Encore moins, de nouer des amitiés.

  4. Je me suis inscrite, un peu poussée par quelques amies et blogueuses et j’ai vite abandonné. Cà ne m’intéresse pas, je ne sais pas très bien l’utiliser et je ne vois pas à quoi çà sert. Tu vois je suis très loin d’être addict ! Je m’y retrouve nettement mieux avec mon blog.

  5. Je fais partie des irréductibles qui vivent sans FB. Je ne tiens pas à savoir, pas comme ça. Exactement le même ressenti que In Cold Blog sur ce que cela peut apporter et sur l’usage du pseudo. Il ne cache en rien la personnalité mais permet de conserver un espace vital. Il revient rapidement à un surnom puisque, effectivement, des relations se nouent par affinités au delà de la fiche identitaire et des amitiés naissent.

  6. c’est un sujet qui lance les discussions en tout cas! Tant que tu y trouves ton compte et que tu agis en connaissance de cause, fais-toi plaisir, c’est le plus important! après on est libres de s’y inscrire, s’en désinscrire, trouver des arguments pour ou contre, changer d’avis… dans le respect de chacun. je ne suis pas inscrite mais je respecte l’intérêt qu’y trouvent les autres, et je ne suis peut être pas à l’abri d’être tentée un jour

  7. Il y a plusieurs mois déjà que j’ai créé un compte sous mon pseudo de blog sur FB, mais je constate que mes incursions sur FB se sont de plus en plus espacées (jusqu’à devenir quasi-inexistantes) : les blogs suffisent largement à mon bonheur .

  8. Et bien je dois etre une des rares à me servir de FB! j’avoue que c’est bien utile pour moi car j’ai un groupe notament pour mon travail et nous communiquons beaucoup dessus; par contre je ne suis pas anonyme mais j’ai essayé au maximun de limiter la visibilité de ce que j’y mets, après je ne parle jamais de travail dessus, ni de choses importantes….je ne suis pas refractaire, j’ai des periodes avec et des périodes sans…

  9. @Mickaël : je ne reste pas anonyme pour me cacher mais pour protéger ma vie privée. « Pour vivre heureux, vivons caché » est un peu ma maxime sur le Web. Je n’ai pas envie que mes collègues, mes élèves ou des personnes qui ne m’intéressent pas puissent avoir accès à ma vie privée. Je reconnais cependant que certains se cachent derrière leur identité numérique pour se permettre des choses qu’ils n’oseraient pas dans la vie privée. @Bauchette : le « voyeurisme », c’est aussi pour cette raison que j’ai résisté à FB pendant longtemps. Je ne veux pas non plus que ça devienne une sorte de contrainte. Je passe beaucoup de temps devant l’ordinateur et j’en arrive parfois à me demander ce que je faisais de tout ce temps avant !
    @ICB : je suis entièrement d’accord avec toi au sujet de l’anonymat (voir ma réponse à Mickaël). Pour FB, je crois que je ferai un bilan d’ici quelques semaines ou mois et on verra bien ! @Aifelle : moi aussi, je préfère le blog. On peut dire des choses beaucoup plus approfondies. @emmyne : pour ma part, je n’irai pas jusqu’à dire que des amitiés naissent puisque je n’ai jamais eu l’occasion de rencontrer des blogueurs  »
    en vrai ». Par contre, des affinités, oui !
    @La Pyrénéenne : je crois que tu as la palmarès du nb de blog !!!
    @Faelys : l’essentiel, effectivement, c’est que ce petit jardin secret reste un espace de liberté.
    @Brize : on verra bien d’ici quelues temps si ça m’intéresse toujours !
    @Noryane : je ne pensais pas qu’on pouvait se servie de cet outil pour le travail. je trouve ça surprenant !!!

  10. Comme faelys, je n’y suis pas mais respecte le choix de chacun. L’aspect chronophage est une des raisons qui m’en écarte, entre autres… Vu le temps que je passe déjà devant mon ordi / ma Xbox / mon Blackberry… Je n’ai vraiment pas besoin de me créer une nouvelle addiction, merci bien ! Bonne soirée !

  11. Bah, je suis inscrite, sous mon vrai nom (et j’ai parfois des nouvelles de membres de la famille avec qui les liens sont un peu distendus mais réels quand même)et sous mon pseudo keisha aussi (qui a dit schizo? ^_^), où j’ai en gros les gens dont je connais le blog… Donc c’est marrant au début, puis ça prend du temps, et je préfère blogs et mails pour communiquer.

  12. J’avais deux profils facebook : un sous pseudo, un sous mon nom. Aujourd’hui je n’en ai plus, mais par contre, j’ai plein de temps pour lire

La parole est à vous !

%d blogueurs aiment cette page :