J’ai visité Lascaux IV et j’ai été déçue

Lundi dernier, j’ai eu la chance de partir en voyage scolaire dans le Périgord noir avec 45 trolls de Sixième. Au programme de ce séjour d’intégration, la visite de l’incontournable grotte de Lascaux. Je me faisais une joie de découvrir ces chefs d’œuvre de l’art pariétal datant d’environ 18 000 ans. Ma déception en a été d’autant plus grande …

Tout d’abord, on arrive sur un immense parking situé au pied d’une colline, et je découvre un bâtiment hyper moderne dont une partie se trouve sous-terre. Les grandes parois vitrées attirent mon regard et je n’ai pas l’impression que l’on va  visiter une grotte. Une fois à l’intérieur, équipée d’un casque et d’une tablette, je découvre le fac-similé de Lascaux. Et dès les premiers pas, quelque chose cloche. Je ne retrouve pas l’atmosphère si particulière des grottes. Je ne ressens aucune magie, quasiment aucun émerveillement alors que je me trouve dans l’incroyable salle des Taureaux.

Il ne me faut pas très longtemps pour comprendre. Nous sommes en réalité dans un musée, pas dans une grotte. Sensation que je n’avais pas du tout eue il y a une vingtaine d’années à Lascaux 2 qui est pourtant une reconstitution elle aussi. Ici, pas de voyage dans le temps. Les visites s’enchainent, on écoute le guide qui nous accompagne au casque mais on est quand même gêné par le bruit des autres groupes, on s’attarde peu pour laisser la place aux suivants et les explications s’en ressentent forcément.

Alors, bien entendu, je ne vais pas cracher dans la soupe. Lascaux IV est quand même une merveille de prouesses technologiques et c’est une vraie chance de pouvoir admirer cette reconstitution quasi-intégrale des parties ouvertes au public après la découverte de la grotte originelle. A l’issue de la visite du fac-similé, une grande salle permet d’aller plus loin dans la découverte de l’art pariétal à Lascaux. Équipé d’une tablette, on se promène au gré de ses envies. Des procédés lumineux permettent de découvrir des dessins cachés ou recouverts, de mettre l’accent sur ce que l’on ne voit pas à l’œil nu. On peut également admirer les dessins situés au fond du puits que seuls les archéologues pouvaient observer jusqu’ici. Les tablettes destinées aux enfants proposent des jeux intéressants. Bref, du point de vue technologique, il est difficile de faire mieux.

Pourtant, nos élèves ont préféré, dans leur très grande majorité,  la journée passée au parc préhistorique du Roc de Gazelle. Peindre à la manière des hommes de la préhistoire, utiliser des silex, lancer des sagaies, voir le feu s’allumer en quelques secondes et écouter les commentaires de guides passionnants sur la vie à cette époque là leur a semblé plus intéressant que d’utiliser une tablette dans l’espace muséographique de Lascaux. Personnellement, je trouve cela plutôt rassurant mais ça, c’est un autre débat.

13 réflexions sur « J’ai visité Lascaux IV et j’ai été déçue »

    1. Lasacaux 2 se visite toujours mais seulement l’été je crois. Depuis l’ouverture de Lascaux IV, il doit y avoir moins de monde !

  1. J’apprécie également ton dernier paragraphe qui ne m’étonne pas. Souvenir assez lointain de ma visite à Lascaux 2, faussée par l’affluence, l’impression de n’avoir pas pu réellement en profiter. Pour Lascaux IV, une collègue m’avait également fait part de sa déception malgré la technologie mise à disposition.

    1. Les collègues qui étaient avec moi ont apprécié. J’avoue que j’ai du mal à comprendre mais je pense que dans ma tête j’allais visiter une grotte et pas un musée. La déception vient en grande partie de là.

    1. Il y a un aspect ludique dans la deuxième partie de la visite avec les jeux proposés sur tablette ou écran tactile mais rien ne remplace le contact humain. D’où cette préférence pour les ateliers proposés le lendemain à Roc de Cazelle.

La parole est à vous !