« Je marchais MALGRE MOI dans les pas du diable » de Dorothée Piatek

1939 : l’armée allemande menace d’envahir Strasbourg et le gouvernement donne ordre à la population d’évacuer la capitale alsacienne. François, 15 ans, quitte sa ville natale et ses amis  pour fuir vers le Sud de la France en compagnie de ses parents et de son frère. Après de longues heures de train, la famille, accompagnée d’un voisin et ami juif, Mr Cohen, trouve refuge dans un village du Périgord, comme de nombreux strasbourgeois. C’est la drôle de guerre et la vie est difficile pour François et les siens.

Le jeune homme fait par hasard la connaissance d’Anne, une jeune fille à peine plus jeune que lui, réfugiée avec sa famille à Périgueux. Le père d’Anne, en raison de son travail, se rend souvent à Strasbourg. La jeune fille est donc au courant des dernières nouvelles d’Alsace. Petit à petit, Françoise tombe amoureux d’elle.

Hélas, Pétain signe l’armistice et tous les alsaciens doivent rentrer chez eux. Mr Cohen, lui, décide de rester dans le Sud de la France car il est juif. C’est un véritable déchirement pour François qui doit aussi quitter Anne dont le père a reçu l’ordre d’aller travailler à Toulon.

Le retour à Strasbourg est difficile. La ville est occupée par les allemands, les Français doivent obéir aux ordres et ne peuvent plus parler leur langue. Ils sont obligés de prendre des cours d’allemand. Les prénoms et noms de famille sont germanisés. Les alsaciens subissent des pressions de toutes parts et la population est embrigadée. Malgré lui, François va devoir marcher dans les pas du diable…

                                                          

J’ai adoré ce livre qui raconte, à travers un cas particulier, l’histoire des Malgré Nous, ces milliers de jeunes alsaciens et mosellans enrôles de force dans l’armée allemande pendant la Seconde Guerre mondiale.
Un passage m’a particulièrement marqué : de retour à Strasbourg, le père de François se rend compte de la dure réalité de l’occupation et réunit ses fils pour leur dire que, même s’ils sont obligés d’obéir aux ordres de l’ennemi pour survivre, ils doivent rester français dans leur cœur.
« Gardez votre esprit critique, ne laissez personne intervenir dans la seule liberté qu’il vous reste. » (p. 111)

François, le personnage principal, est un jeune adolescent qui, à cause de la guerre, devient adulte avant l’heure. Il voit son camarade d’enfance se laisser embrigader par les nazis, il est séparé de son premier amour par la force des choses et il est amené à prendre des responsabilités qui ne devraient pas incomber à des jeunes gens de son âge. Cependant, il ne perd pas son sens critique, et ne comprend pas pourquoi il y a un tel racisme contre les juifs, les tziganes et les homosexuels.

Pour conclure, je dirai que Je marchais MALGRE MOI dans les pas du diable est un excellent roman de Dorothée Piatek publié par les éditions Petit à Petit, une petite maison d’édition normande qui publie généralement de très beaux livres. L’écriture est de qualité et les personnages d’une sensibilité et d’un courage remarquables.

PIATEK, Dorothée, Je marchais MALGRE MOI dans les pas du diable, Petit à petit, 2006.

3 réflexions sur « « Je marchais MALGRE MOI dans les pas du diable » de Dorothée Piatek »

  1. J’ai bien aimé ce texte surtout pour ce qu’il m’a fait découvrir sur les malgré nous mais c’est celui que j’ai trouvé le moins fort de la sélection des Incorruptibles 3ème/2nde à laquelle il appartient…

  2. Tout à fait d’accord avec toi. Un beau roman, nécessaire aussi pour raconter une histoire dont on parle peu. La seule toute petite chose qui m’a gênée, c’est justement cette maturité du jeune héros face à la doctrine nazie ( par rapport aux homosexuels par exemple, ça ne colle pas trop avec l’époque et le milieu du garçon ), mais cela passe très bien dans le récit

La parole est à vous !

%d blogueurs aiment cette page :