Je suis ton soleil – Marie Pavlenko

Rien ne se passe comme prévu pour Deborah qui entre en terminale et passe donc son bac à la fin de l’année. Son chien Isidore a mangé ses chaussures et elle passe les premiers jours de septembre avec des bottes de pluie vert pomme aux pieds. De plus, elle n’est pas dans la même classe qu’Eloïse, sa meilleure amie, et se retrouve avec Jamal qui a des incisives XXL et élève des mygales. Mais tout cela n’est rien à côté de sa situation familiale. Déborah découvre que son père a une maîtresse. Sa mère, qui passe son temps à découper des images dans des magazines, ne se doute de rien et elle ne sait pas trop si elle doit lui dire ou non.

Il faudra beaucoup de courage et une bonne dose d’humour à Déborah pour faire face au mal être dans lequel sombre sa mère et au conflit entre ses parents. Heureusement, elle est bien entourée. Elle a face à elle des enseignants bienveillants qui ne demandent qu’à l’aider. Jamal s’avère également être un ami précieux, tout comme le beau Hugo. Les deux garçons deviennent ses confidents alors qu’Éloïse, en couple avec Erwan, semble s’éloigner.

Déborah est une héroïne attachante en proie à des émotions fortes. On aurait presque envie de l’aider à affronter ses problèmes tant l’identification est facile. Les thématiques abordées dans le roman (amour, amitié, famille, année du bac) sont universelles et font donc forcément écho. Autour de Déborah, gravitent plusieurs personnages secondaires dont on suit les trajectoires avec avidité et plaisir. L’auteur entretient habilement le suspens autour d’eux et on découvre parfois des choses inattendues sur ce qu’ils sont réellement. Ajoutez à cela une écriture très rythmée et vous n’aurez plus envie de lâcher le roman.

Je crois qu’il n’est pas nécessaire de rajouter que j’ai passé un très agréable moment à lire Je suis ton soleil. Et maintenant, si vous voulez comprendre pourquoi il y a des post-it, des coquillettes et un paquet de kleenex sur la photo que j’ai prise pour illustrer cet article, vous savez ce qu’il vous reste à faire !

L’avis de Canel.

PAVLENKO, Marie, Je suis ton soleil, Flammarion 2017.

La parole est à vous !