Je t’aime tous les jours – Malika Doray

iQuand on est tout petit, ce n’est pas toujours facile de comprendre pourquoi sa maman s’absente. La peur de l’abandon est souvent très forte.

Dans Je t’aime tous les jours, Malika Doray met en scène une maman et son enfant dont on ne saura jamais le nom. A travers des dessins très simples et des couleurs peu nombreuses -la première de couverture en donne une très bonne idée-, elle propose une solution pour que la séparation ne soit pas une souffrance et que l’enfant se sente en sécurité.

4 jours sans maman = 4 cailloux blancs. Chaque matin, il faudra enlever un cailloux et le reste de la journée, il n’y aura plus qu’à s’amuser. Un petit chagrin ? Des moments de doute ? Rien de plus normal ! Mais quand il n’y aura plus de cailloux, maman rentrera, c’est certain ! D’ailleurs, qui se cache derrière la porte à la fin du quatrième jour ?

Un album tout simple dont les pages se tournent par en haut (comme un calendrier), une histoire pleine d’amour et de tendresse qui rassurera sans doute les plus petits. 

DORAY, Malika, Je t’aime tous les jours, Didier Jeunesse, 2006.

8 pensées sur “Je t’aime tous les jours – Malika Doray”

  1. Les petits cailloux blancs sont plus poétiques que les chocolats et autres friandises qui se cachent dans les calendriers de l’avent et qui permettent aussi (il paraît) d’attendre un évènement important.
    Je note les références de ce petit livre.

La parole est à vous !

%d blogueurs aiment cette page :