J’envisage de te vendre (j’y pense de plus en plus) – Frédérique Martin

L’autre jour, j’ai vendu ma mère. C’est par ces mots que s’ouvre la première nouvelle du recueil de Frédérique Martin.

D’entrée, le ton est donné. Un fils veut vendre sa mère pour quitter l’enfance et vivre enfin sa vie d’adulte. L’argent n’est pas le plus important, dit-il. Pourtant, il la vend comme s’il s’agissait d’un simple bien de consommation. Face à lui les clients n’hésitent pas à marchander. Une fois seul, il se rend compte du manque sans pour autant se remettre en question. Triste monde…

Les textes que nous propose l’auteur dans ce recueil de nouvelles pointent du doigt les dérives de notre société. Avidité, règne de l’argent et du sexe, perte des valeurs, individualisme, domination, les thèmes abordés sont nombreux mais ont tous pour point commun de grossir le trait jusqu’au paroxysme pour faire réfléchir le lecteur sur les travers du monde dans lequel il vit.

Certains reprocheront sans doute à J’envisage de te vendre son aspect caricatural et on ne pourra pas les contredire. Cependant, on rit jaune parce que l’on sait qu’il y a un fond de vrai dans ce que nous raconte Frédérique Martin.

J’ai été assez touchée par La grève des morts, une nouvelle dans laquelle on peut décider de la date et des circonstances de sa mort. Il est ainsi possible de faire une fête comme on le ferait pour un anniversaire ou un mariage et de dire au revoir à ses proches alors que tout va encore bien. Connaissez vous un meilleur moyen d’éviter la souffrance, la maladie, la vieillesse… et d’oublier que nous sommes des êtres humains dotés de sentiments !?

Un autre texte pointe du doigt la télé-réalité. Un autre propose un monde dans lequel les habitants sont obligés de participer à des jeux. Un autre encore se déroule dans un monde où les femmes ne sortent plus de chez elles. 

En fermant ce recueil, on espère qu’une seule chose : que Frédérique Martin n’ait pas des dons de médium !

MARTIN, Frédérique, J’envisage de te vendre (j’y pense de plus en plus), Belfond, 2016.

11 pensées sur “J’envisage de te vendre (j’y pense de plus en plus) – Frédérique Martin”

La parole est à vous !

%d blogueurs aiment cette page :