Joseph – Marie-Hélène Lafon – Lu par Marie-Christine Barrault

Joseph est un paysan auvergnat qui ne possède pas sa propre ferme mais travaille depuis toujours pour les autres. Proche de la retraite, il habite chez ses patrons et sait qu’il finira ses jours seul, dans une maison de retraite. Sa mère est décédée et, de toute façon, elle avait quitté la région pour aller rejoindre son autre fils en Normandie. Joseph n’entretient plus aucune relation avec son frère. Il ne le reverra peut être jamais. Il n’a plus aucune famille.

Joseph est un homme simple qui se contente de peu. Il ne rejette pas la modernité mais appartient à une autre époque, celle où l’on coupait le foin à la main, celle où les machines étaient peu présentes. Cela ne l’empêche pas de traire les vaches avec des moyens modernes.

C’est un excellent ouvrier qui connaît les bêtes comme personne. Même à l’époque où il était alcoolique et où il a dû faire des cures, il a toujours trouvé du travail. Quand il ne buvait pas, on pouvait vraiment compter sur lui.

A une époque, il a rencontré une femme. Il a espéré une autre vie, plus heureuse, moins solitaire mais elle est partie avec un autre homme. Joseph a mis longtemps à s’en remettre.

Tout cela est bien triste et pourtant, le roman de Marie-Hélène ne tombe jamais dans la nostalgie ni dans le pathos. L’histoire de Joseph, témoin à la fois d’un passé en voie d’extinction et d’une modernité déjà bien avancée, est racontée avec beaucoup de distance, sans affect. C’est sans doute pour cette raison que je suis passée complètement à côté. J’ai écouté cette histoire sans y accorder d’intérêt. De la même manière que Joseph a passé toute sa vie à regarder le monde extérieur sans vraiment y participer, je suis restée spectatrice de ce roman comme si la vie de cet homme m’était totalement indifférente. Pourtant, le sujet m’intéresse. Ma frustration est donc d’autant plus grande.

L’écriture de Marie-Hélène Lafon, très travaillée, n’a pas réussi à susciter mon intérêt non plus. Soulignons tout de même quelques références à Flaubert, des mots qui ne sont pas choisis au hasard et un travail important sur le rythme. A ce titre, je vous conseille d’ailleurs l’entretien situé à la fin de cette version audio. Il apporte quelques éclairages intéressants.

La lecture de Marie-Christine Barrault est juste et fidèle au texte. Malheureusement, cela n’a pas suffi à entraîner chez moi le moindre engouement pour ce roman.

LAFON, Marie-Hélène, BARRAULT, Marie-Christine, Joseph, Audiolib, 2015.

11 pensées sur “Joseph – Marie-Hélène Lafon – Lu par Marie-Christine Barrault”

  1. Aie, zut ! Moi je suis tombée sous le charme de ce texte. J’aime beaucoup la démarche de Marie-Hélène Lafon qui construit une oeuvre originale et personnelle, au fil des années.

  2. Ah oui, on pourrait dire aussi que la vie de Joseph elle-même (sans les problèmes inhérents) est bien triste, mais j’ai adoré lire cette façon différente de vivre …

  3. L’auteur m’a un peu agacée pendant l’entretien, je l’avoue. Pour le reste, je suis plutôt d’accord avec toi. C’est un roman qui n’est pas froid je trouve, mais qui n’éveille pas l’identification qui fait le sel d’un récit.

  4. je suis tombée d=sous le charme et pourtant je m’attendais à m’ennuyer, comme quoi! Par contre il faut que j’écoute l’entretien car je ne m’en souviens plus, peut-être que j’ai oublié de l’écouter

Répondre à Stephie Annuler la réponse.

%d blogueurs aiment cette page :