« La bâtarde d’Istanbul » d’Elif Shafak

Quatrième de couverture :

« Chez les Kazanci, Turcs
d’Istanbul, les femmes sont pimentées, hypocondriaques, aiment l’amour
et parlent avec les djinns, tandis que les hommes s’envolent trop tôt pour l’au-delà ou pour l’Amérique. Chez les
Tchakhmakhchian, Arméniens émigrés aux Etats-Unis dans les années 20,
quel que soit le sexe auquel on appartient, on est très attaché à son
identité et à ses traditions. Le divorce de Barsam et Rose, puis le
remariage de celle-ci avec un Turc nommé Mustafa suscitent
l’indignation générale.

Quand, à l’âge de vingt et un ans, la
fille de Rose et de Barsam, désireuse de comprendre d’où vient son
peuple, gagne en secret Istanbul, elle est hébergée par la chaleureuse
famille de son beau-père. L’amitié naissante d’Armanoush
Tchakhmakhchian et de la jeune Asya Kazanci, la “bâtarde”, va faire
voler en éclats les secrets les mieux gardés…
« .

Un livre que je voulais lire depuis longtemps, un livre que j’avais mis sur ma liste pour le challenge Lire autour du monde l’année dernière, un livre qui trainait sur ma PAL depuis plusieurs mois et que j’ai enfin lu pendant les vacances de Noël. Je l’ai dévoré. Les personnages d’Armanoush et d’Asya, toutes deux à leur manière en quête d’identité, m’ont beaucoup plu. On sent le poids de la famille et des traditions  -turques ou arméniennes- dans leurs attitudes et dans leurs choix. Pas évident d’être soi-même quand on vit avec un entourage si présent, si intrusif… J’ai eu parfois un peu de mal à m’y retrouver entre les membres de ses deux familles nombreuses, c’est le seul petit bémol de cette histoire.

La Turquie est un pays que je ne connais pas mais qui figure en bonne place sur ma liste de pays à visiter…

SHAFAK, Elif, La bâtarde d’Istanbul, 10/18, 2008.

12 réflexions sur « « La bâtarde d’Istanbul » d’Elif Shafak »

  1. Au début, le roman ne m’intéressait pas plus que ça, mais à force de lire des billets positifs, je vais peut-être craquer ? Cela dit, ton petit bémol me rend sceptique … j’ai déjà du mal à m’y retrouver en temps normal … ^^

  2. Aargh, comme toi  » Un livre que je voulais lire depuis longtemps, un livre que j’avais mis sur ma liste pour le challenge Lire autour du monde l’année dernière, un livre qui trainait sur ma PAL depuis plusieurs mois  » mais toujours pas lu, alors que je garde un beau souvenir de la découverte d’Istanbul !

  3. Moi aussi, j’ai bien aimé; moi aussi j’ai eu parfois du mal à m’y retrouver. Il faut vraiment attendre la fin du livre pour que toute l’histoire de cette famille devienne limpide.

  4. @Leiloona : je l’ai lu pendant les vacances, de façon morcelée et avec pas mal de monde autour de moi, mais je pense que même si j’avais été plus concentrée ça aurait été la même chose. Les personnages sont très nombreux dans chaque famille et les relations entre les uns et les autres ne sont pas toujours simples à retenir. Ceci dit, ça vaut le coup de faire un petit effort d’attention. @Emmyne : j’espère que ce billet t’auras donnée envie de le placer en haut de la PAL. @Sandrine : bonne lecture !
    @Mireille : c’est vrai qu’à la fin tout devient plus clair mais j’aurais préféré que ça vienne un peu avant.
    @L’or des chambres : je pense qu’il faut vraiment le lire (voir la réponse au commentaire de Leiloona). @Thaïs : tu trouveras de nombreux autres billets sur ce roman.
    @La Pyrénéenne : tu sais ce qu’il te reste à faire…

La parole est à vous !

%d blogueurs aiment cette page :