La commissaire n’aime point les vers – Georges Flipo

Quatrième de couverture :
La commissaire Viviane Lancier n’est pas du genre poète, mais la voici
condamnée à se passionner pour Baudelaire : un sonnet torride dont il
serait l’auteur se transforme en serial killer, envoyant à la morgue
ceux qui s’y intéressent. Flanquée de son ingénu lieutenant, Viviane
Lancier plonge dans une enquête où semblent la narguer les morts, les
survivants et même les revenants.

Plus besoin de présenter ce livre tant les billets fleurissent sur la blogosphère. Si, par le plus grand des hasards, vous n’avez pas entendu parler de cet agréable polar, vous trouverez de nombreux résumés détaillés sans problèmes. Aujourd’hui, je n’ai pas le temps courage de me lancer dans un long billet.
Quelques mots quand même pour dire ce que j’en pense. Le La (c’est important pour elle !) commissaire Viviane Lancier est une personne difficile à supporter. Travailler sous ses ordres ne doit pas être marrant tous les jours… Mais Georges Flipo fait preuve de tellement d’humour dans la façon de décrire ce personnage qu’il m’aurait presque donné envie de la rencontrer. Quant à Monot, le lieutenant débutant qui accumule les bourdes mais aussi les bons points, il a l’air bien sympathique. Sa culture littéraire n’est pas pour me déplaire… Le semblant d’histoire d’amour entre ces deux là a beaucoup plu à mon cœur de midinette. Par contre, je n’ai pas du tout apprécié l’attitude de Madame la commissaire à la fin… Peut-être que dans la suite, à paraître en 2011, Monot découvrira la vérité, qui sait ? En tous cas ce serait bien fait pour elle !

A lire donc, pour les personnages mais aussi pour l’intrigue et la critique des médias.

Merci à Géraldine qui fait voyager ce livre.

D’autres avis ici.

FLIPO, Georges, La commissaire n’aime point les vers, La Table Ronde, 2010.

14 pensées sur “La commissaire n’aime point les vers – Georges Flipo”

  1. @Aifelle : j’attends la suite !
    @Keisha : certains n’ont pas apprécié les régimes incessants, d’autres ont été dérangés par la fin : je crois que ce sont les deux remarques qui ressortent de ce roman.

  2. Décidemment, cette fin fait couler beaucoup d’encre. Moi, elle ne m’a pas déranger, au contraire. Oups, j’allais continuer sur ma lancer mais je me suis rendue compte que du coup, je spoiler carrément !
    La commissaire sait qu’elle est borderline et je trouve ça génial et innattendu !

  3. Merci de m’avoir envoyé ce livre ! Un bon petit polar sympa qui se lit facilement et agréablement! Retrouver La commissaire dans une nouvelle enquête je suis partante !

La parole est à vous !

%d blogueurs aiment cette page :