La disparition d’Adèle Bedeau – Graeme Macrae Burnet

Manfred Baumann est un homme pour qui les rapports humains sont compliqués. Solitaire, timide, différent, il a du mal à trouver sa place, que ce soit au sein de sa famille, de la banque dans laquelle il travaille ou des hommes qu’il côtoie au bar-restaurant de la Cloche. Dès les premières pages, Graeme Macrae Burnet s’attache à décrire l’histoire et le comportement routinier de Manfred. La petite ville alsacienne de Saint-Louis, dans laquelle se déroule l’intrigue, semble d’ailleurs bien correspondre à cet homme. Il ne s’y passe pas grand-chose, chacun connaît les habitudes des uns et des autres et la vie est très monotone. Pour le lecteur, cette ambiance un peu désuète est agréable et reposante.

Lorsque Adèle Bedeau, la serveuse de la Cloche disparaît, Manfred Baumann devient rapidement le principal suspect de Gorski, un flic sans ambition à la vie aussi terne que l’ambiance qui règne à Saint-Louis. Dès lors, Manfred perd pied et ses habitudes sont bouleversées, ce qui le déstabilise complètement. Ne vous attendez cependant pas à de multiples rebondissements ni à de quelconques excès de comportement de la part des personnages. Nous sommes dans un roman noir à la Simenon ou un film à la Chabrol. Le rythme est lent mais le lecteur apprécie l’ambiance et la description des mœurs. De plus, il ne s’attend pas à ce que cette histoire en apparence banale révèle son lot de surprises. Le passé de Manfred et la personnalité de Gorski prouvent, s’il en était besoin, que les apparences sont trompeuses.

MACRAE BURNET, Graeme, La disparition d’Adèle Bedeau, Sonatine, 2018.

12 réflexions sur « La disparition d’Adèle Bedeau – Graeme Macrae Burnet »

  1. Oh là là, j’ai eu du mal à le finir ce livre. J’ai trouvé que la ville était grise, que les personnages étaient gris et que l’histoire n’avançait pas …

La parole est à vous !