La graine et le mulet d’Abdellatif Kechiche

La vie de Slimane n’est pas très drôle. Après 35 ans de bons et loyaux services, il est licencié du chantier naval sur lequel il travaillait. Divorcé et âgé de 61 ans, il vit dans une petite chambre, dans un hôtel tenu par sa compagne. La solitude lui pèse, même si sa famille est nombreuse et assez présente.

Aidé par sa belle-fille, pleine d’enthousiasme et de volonté, il décide de retaper un bateau pour en faire un restaurant. Mais les démarches administratives sont compliquées et la société bien pensante ne lui facilite pas la tâche.

 

Ce film, qui a remporté de nombreuses récompenses dont 4 Césars en 2008, brosse le joli portrait d’une famille d’immigrés arabes avec ses joies et ses peines, ses forces et ses déchirures. Il est plein d’humanité et ressemble parfois à une analyse sociologique.

Certains passages sont un peu long à mon goût  (en plus, le film dure presque 2h30) mais Abdellatif Kechiche a le mérite de laisser une grande place au dialogue et à l’échange entre les différents personnages, si bien que le spectateur a l’impression de partager l’intimité de la famille de Slimane.

La fin est tragique et m’a vraiment surprise. J’aurai bien aimé un peu d’espoir mais notre monde est ainsi, souvent cruel… On est bien loin du « tout est beau dans le meilleur des mondes ».


Antigone
, Sylire, Papillon et Alain l’ont vu également.

9 pensées sur “La graine et le mulet d’Abdellatif Kechiche”

  1. @Aifelle: je ne sais pas s’il passera, justement à cause de sa durée.
    @alain : c’est vrai que c’est plutôt positif mais à certains moments, j’en avais un peu marre.
    @sylire : tout à fait d’accord avec toi.
    @Leiloona : tu me donneras ton avis quand tu l’auras vu !
    @cathulu : Le film mérite d’être vu mais je te comprends. Au départ, quand je l’ai pris, je n’avais pas vu qu’il durait aussi longtemps.

  2. Bonsoir Saxaoul, concernant la fin, je l’ai trouvé aussi tragique et pas forcément cohérente avec le reste du film. Mais ce film ne laisse pas indéfférent(e). Une grande leçon de mise en scène avec la caméra à l’épaule. Bonne soirée.

La parole est à vous !

%d blogueurs aiment cette page :