La grande escapade – Jean-Philippe Blondel

Le groupe scolaire Denis Diderot, situé dans une petite ville de province, est un microcosme dans lequel tout le monde se connaît. Les instituteurs, qui vivent dans des logements de fonction et se côtoient tous les jours à l’école, leurs conjoints qui ne font pas partie de la grande maison Éducation Nationale mais en connaissent pas mal sur le sujet, et leurs enfants qui se donnent rendez-vous sur le terrain vague et forment une bande organisée avec un chef et un sous-chef. Les Lorrain, les Coudrier, les Goubert, les Ferrant, tout ce petit monde passe son temps à s’observer et à porter des jugements sur les autres.

Nous sommes au milieu des années 1970 et à la prochaine rentrée, les classes seront mixtes. C’est une petite révolution. Les femmes travaillent et voudraient être indépendantes mais on sent qu’elles sont encore sous le joug de leur mari. Certaines affirment quand même leurs choix malgré les difficultés et le regard de la société. Jean-Philippe Blondel les observe, les décrit minutieusement, met à nu et dissèque les comportements des uns et des autres. Ambitions, désillusions, rivalités, coup de foudre, trahisons, train train quotidien : La grande escapade propose une radiographie de l’intime et des relations humaines.

Les chemins que prend la vie sont souvent faits de hasard, de rencontres. Le roman, qui sent bon la nostalgie de l’enfance, en offre un bon exemple. Les plus jeunes sont en passe de devenir adolescents. Ils commencent à prendre du recul par rapport aux camarades qu’ils connaissent depuis toujours, sont blessés par certaines attitudes, certains mots. A cet âge charnière, s’épanouir est parfois compliqué. On étouffe parmi les siens. Les adultes, de leur côté, ne sont pas en reste. Certains s’interrogent sur eux-mêmes et ceux qui restent campés sur leurs certitudes doivent un jour ou l’autre regarder la vérité en face. Cela ne se fait pas sans heurts mais la vie est ainsi faite !

BLONDEL, Jean-Philippe, La grande escapade, Buchet Chastel, 2019.

18 réflexions sur « La grande escapade – Jean-Philippe Blondel »

La parole est à vous !