La guerre des Lulus 5 : 1918 : Le Der des ders – Hautière et Hardoc

Ouf, j’ai enfin réussi à mettre la main sur le dernier tome de La guerre des Lulus ! Pour la petite histoire, j’ai eu le malheur de dire à un élève, un vendredi soir, que j’allais chercher le livre chez le libraire pendant le week-end. Le lundi matin, il était à la porte du CDI à la première heure. Depuis, la BD passe de mains en mains et ne reste jamais plus de quelques heures sur le présentoir des nouveautés. Les élèves du club lecture ont même sélectionné la série dans leurs coups de cœur.

Pour ceux qui n’auraient jamais entendu parler des Lulus, ce sont quatre orphelins livrés à eux-même en zone occupée, pendant le Première Guerre mondiale. Au départ, ce sont encore des enfants mais ils grandissent au fil des tomes et de la guerre. Dans Le Der des ders, pensant avoir trouvé une demeure abandonnée en pleine forêt dans laquelle se réfugier, les Lulus sont faits prisonniers par les « Gentils Hommes ». Cette société secrète imprime un journal clandestin à l’abri des regards et utilise un appareil TSF pour capter les ondes radio. Elle propose un marché aux Lulus qui les oblige à se séparer pour la première fois.

L’insouciance et les chamailleries qui transperçaient parfois dans les tomes précédents sont révolues. Cette fois-ci, les quatre copains sont presque des hommes et se trouvent confrontés  de près à la réalité des combats. Le ton est forcément pessimiste car même si 1918 signe la fin de la guerre, personne ne sort indemne d’un tel carnage. Il reste d’ailleurs quelques zones d’ombre quant au sort de certains personnages mais les dernières pages nous apprennent que nous pourrons découvrir d’ici quelques temps ce que sont devenus les Lulus après la guerre. De plus, deux tomes intitulés La perspective Luigi reviendront sur l’éllipse du début du tome 4. En effet, on y apprend que nos héros ont séjourné en Allemagne mais on ne sait pas ce qu’ils ont vécu. Régis Hautière a donc décidé ne pas laisser ses lecteurs frustrés et de revenir sur cet épisode avec cette fois-ci Damien Cuvillier au dessin.

Retrouver le trait de Vincent Lemaire, dit Hardoc, est toujours un vrai régal. Les expressions des visages, les décors, tout est une véritable réussite. Je suis le dessinateur depuis maintenant pas mal de temps sur les réseaux sociaux, je vois tout le soin qu’il apporte à son travail et je crois que je l’apprécie d’autant plus. Vous vous en doutez, je suis ravie de savoir que ce Der des ders n’est pas le dernier et qu’Hardoc signera les dessins des tomes consacrés à l’après-guerre.

Si vus n’avez pas encore mis le nez dans cette série, vous savez maintenant ce qu’il vous reste à faire !

HAUTIERE,Régis, HARDOC, La guerre des Lulus 5 : 1918 : Le Der des ders, Casterman, 2017.

RDV chez Mo’ pour découvrir d’autres BD.

49 réflexions sur « La guerre des Lulus 5 : 1918 : Le Der des ders – Hautière et Hardoc »

  1. J’ai tout à découvrir, tous les tomes absolument TOUS. Et je compte bien assouvir ma curiosité et rencontrer enfin ces Lulus. Reste à savoir quand… 😛

    1. C’est sympa aussi de découvrir une série de cette manière. On l’apprécie différemment. On ne passe pas à cotés de certains détails. Etc.

  2. Je ne t’ai lue qu’en diagonale car je n’ai lu que le premier, et le deuxième m’attend. Donc j’ai encore de quoi voir venir 😉

    C’est une série que je suis sûre d’aimer tout du long!

  3. J’aimerais bien découvrir cette série. Elle semble disponible à la médiathèque, je l’ajoute à mon panier pour plus tard. 🙂

    1. Je ne me souviens pas d’avoir lu de mauvaises critiques sur cette série. Ou alors c’est mon cerveau qui a fait le tri inconsciemment !

  4. Je suis en train de lire le 5 justement… Ma lecture des tomes précédents date d’il y a quelques temps déjà, j’aurais bien aimé un rappel au début de ce volume…

    1. Personnellement, cela ne m’a pas dérangée car on comprend l’intrigue sans problème. Et en plus, il y a tellement de péripéties que c’est difficile à résumer. Mais je te comprends, j’ai déjà eu ce sentiment avec d’autres séries.

La parole est à vous !