La meilleure des vies – J.K. Rowling

Contrairement à ce que son titre pourrait laisser penser, La meilleure des vies n’est pas un roman feel good. Ni même un roman d’ailleurs. C’est le discours prononcé par  J.K. Rowling lors de la remise des diplômes à l’université de Harvard en 2008. La romancière y livre un témoignage réflexif sur les vertus de l’échec et le pouvoir de l’imagination, cette « force qui nous permet de nous identifier à d’autres êtres humains dont nous ne partageons pas l’expérience.« .

Avec pudeur, l’auteur d’Harry Potter partage son expérience personnelle et montre comment l’échec permet de se construire. Elle n’a pas eu besoin de me convaincre, j’ai pris suffisamment de gamelles dans ma vie pour en être persuadée mais mes deux lectures consécutives de son texte m’ont permis  d’y réfléchir à nouveau, de me remémorer certains moments du passé et de mesurer tout le chemin parcouru. Aux vertus de l’échec, j’aurais peut-être ajouté celles du deuil. Avec lui aussi on peut toucher le fond, et rebondir. Avec lui aussi on découvre sa capacité à survivre…

J.K. Rowling met également l’accent dans ce discours sur l’importance de se mettre à la place d’autrui afin de comprendre, de compatir, de ne pas rester indifférent. Chacun d’entre nous a une part de responsabilité vis à vis des autres et de la société en général : « Nous n’avons pas besoin de magie pour transformer notre monde; nous portons déjà en nous tous le pouvoir dont nous avons besoin : nous avons le pouvoir d’imaginer mieux.« 

Un texte qui fait écho. Un texte qui nourrit. Un texte à lire et à relire, surtout dans les moments de doute.

Merci à Galéa, ex-blogueuse toujours active sur les réseaux sociaux, de m’avoir permis de découvrir La meilleure des vies. Sans toi, je n’aurais sans doute jamais lu ce magnifique discours.  Une question reste en suspens tout de même : comment l’aurions-nous perçu, nous, à l’âge où nous avons terminé nos études ?

ROWLING, J.K., La meilleure des vies, Grasset, 2017.

22 réflexions sur « La meilleure des vies – J.K. Rowling »

  1. J’espère le lire aussi tôt ou tard, ainsi que ses romans « adultes ». Je ne la connais que par les Harry Potter (que j’ai suivi avec grand plaisir).

    1. Je te conseille les romans pour adulte qu’elle a écrits sous le pseudonyme de Robert Galbraith. J’ai dévoré les aventures du détective Cormoran Strike et de son employée Robin. J’attends d’ailleurs la suite avec impatience.

  2. Je l’ai lu plusieurs fois depuis qu’on me l’a offert, mais avant cela, je l’avais découvert sur youtube. Ce texte m’émeut et me retourne le coeur à chaque fois. Et me donne envie de tout faire pour retrouver (ou ne pas perdre) mon regard émerveillé sur les choses et les gens et mon envie de faire bouger les choses. Je l’ai fait lire à mes enfants, qui ont beaucoup aimé, sans je pense tout en comprendre, puisque bien sûr, ils n’ont pas le recul du temps qui passe.
    Je l’ai offert déjà plusieurs fois, c’est mon cadeau de l’année pour tous ceux que j’aime !

    1. Je ne suis pas étonnée. Vu les changements auxquels tu as dû faire face ces dernières années, ce discours a certainement fait écho en toi comme en de nombreux lecteurs. On referme le livre avec un sentiment de force en soi qui fait un bien fou.

  3. Je voudrais le lire mais cu le nombre de pages et le prix, j’ai dit non…faut pas déconner non plus ! Comme il ne sortira pas en poche (quoi que…) je verrai si je vois en occasion !
    L’échec c’est moi donc ça va me parler … Warf 😀 😀

La parole est à vous !