La symphonie du nouveau monde – Lenka Horňáková-Civade

Prague, été 2002. La capitale de la République tchèque est sous les eaux, la Vltava déborde et certains quartiers risquent d’être évacués. La cave de l’appartement de Josefa, dans lequel se trouve un stock de livres à paraître, est inondée. L’eau continue de monter, menaçant d’envahir le rez-de-chaussée dans lequel la sexagénaire habite. Sa famille voudrait qu’elle déménage temporairement mais Josefa s’y refuse. Elle feuillette un des livres détrempés, sort de sous son lit un boîte en carton dans lequel se trouve une vieille poupée de chiffon et convoque ses souvenirs.

Le lecteur découvre alors son parcours et celui de ses parents, depuis sa naissance à Strasbourg en 1938 jusqu’au retour à Prague après la guerre. Il est question des accords de Munich qui scellent le sort de la République tchécoslovaque, de la guerre, de l’émigration, du sort réservé aux juifs et aux étrangers. La poupée est le témoin privilégié de la tourmente européenne. Elle accompagne Josefa sur les routes de France, connaît l’exil, la peur, le froid et la faim. Peut-être que Bojena, la maman de Josefa, réussira à accomplir son rêve : recommencer une nouvelle vie en Amérique.

La narration mêle la destinée de Josefa et des siens à celle de Vladimir Vochoč, personnage historique ayant réellement existé. Nommé Consul de la Tchécoslovaquie à Marseille en 1938, homme engagé, républicain convaincu, il croise la route de cette famille et de tant d’autres. Inventif, dévoué, il fait tout son possible pour trouver de l’argent et établir des faux papiers dans un consulat pillé, détruit, réduit à néant. Son action pour sauver des juifs et des étrangers ne fut reconnue que tardivement. Lenka Horňáková-Civade lui rend ici un bel hommage en croisant la petite et la grande Histoire. La gravité, la tendresse, l’humour et la poésie se mêlent subtilement dans cette symphonie du nouveau monde au ton juste et sans fausse note.

HORŇÁKOVÁ-CIVADE, Lenka, La symphonie du nouveau monde, Alma Éditeur, 2019.

12 réflexions sur « La symphonie du nouveau monde – Lenka Horňáková-Civade »

Répondre à aifelle Annuler la réponse.