La Terre qui penche – Carole Martinez

Ouvrir un livre de Carole Martinez, c’est plonger dans un autre univers et dans une autre époque. Cette foi-ci, c’est la vie de Blanche, une jeune flle du XIVème siècle que nous découvrons. L’intrigue se déroule au Domaine des murumures, ce lieu si particulier que l’auteur nous a fait découvrir il y a quatre ans.

Deux voix alternent : celle de Blanche, cette petite fille morte à l’âge de douze ans et celle de sa vieille âme qui a survécu au temps qui passe. La petite fille raconte son enfance au présent en laissant la parte belle aux émotions et aux sentiments. La vieille âme voit la vie de l’enfant qu’elle a été avec plus de recul et d’analyse.

Ainsi, le lecteur découvre Blanche dont le père considère les filles uniquement comme « des culs » et reproche à la sienne de trop parler pendant son sommeil et de n’en faire qu’à sa tête. La mère de Blanche est décédée il y a si longtemps qu’elle n’a aucun souvenir d’elle. Un jour, ce père qui la fait élever à la dure, lui fait coudre de magnifiques habits et l’emmène à travers la forêt pour une destination inconnue. Blanche tremble. Elle ne sait pas ce qui l’attend mais redoute le pire.

En ce XIVème siècle, il ne fait pas bon être une femme et la vie sur cette Terre qui penche est terrible. La peste a fait des ravages. Les hommes passent leur temps à remonter la terre qui glisse irrémédiablement vers la Loue, la rivière qui coule en bas du domaine, pour pouvoir faire pousser la vigne. Rien d’autre ne pousse. La misère règne.

Avec sa plume si poétique, Carole Martinez nous emmène dans un autre monde. Le fantastique n’est jamais bien loin et le lecteur a l’impression de lire un véritable conte. Les évènements les plus dramatiques sont souvent racontés de manière imagée, ce qui rend leur portée plus profonde encore. Chaque phrase se savoure. La Terre qui penche est un roman pour lequel il faut prendre du temps. Si j’en avais plus, je crois même que je l’aurais relu une deuxième fois.

Si l’intrigue se déroule au Moyen-Âge, les parallèles avec notre époque sont pourtant nombreux. Le lecteur attentif réfléchira au statut des femmes, à la religion, à la justice, aux mots de notre siècle ou encore à son propre rapport à l’enfance et à la famille.  

A découvrir absolument !

Un lecture commune que j’ai le palisir de partager avec Enna et Anne.

MARTINEZ, Carole, La Terre qui penche, Gallimard, 2015.

 

21 pensées sur “La Terre qui penche – Carole Martinez”

  1. j’aime son style et ses univers et je partage ton avis sur le fait que le choix de l’époque n’en fait pas moins un livre aux sujets très modernes. Encore une belle découverte!

  2. Toujours des avis positifs sur cette auteure, j’ai les deux précédents dans ma bibliothèque mais je les ai pas encore lus. Je lis tellement d’avis positifs sur celui-ci que je suis bien capable de me le procurer sans avoir lu les autres

  3. Le coeur cousu a été ma pépite de ces dernières années de lecture, celle au dessus du lot ;0) Je n’ai pas encore lu Le domaine des murmures, mais tant pis j’ai trop envie d’embrayer sur celui ci, l’histoire m’attire bien plus que l’autre. Pour celui ci aussi je rajoute ton lien sur vos billets tentateurs

  4. J’ai trouvé le Coeur cousu horrible. Très cruel. J’ai quand même tente le Domaine des Murmures que j’ai trouvé difficile. Mais je ne sais pas pourquoi j’ai qd meme été attirée par La Terre qui penche. Je viens de le refermer. J’ai adoré. Ce livre est une merveille.

La parole est à vous !

%d blogueurs aiment cette page :