« La vie d’une autre » de Frédérique Deghelt

Jeudi 12 mai 2000 : Marie se réveille et découvre qu’elle a un mari et trois enfants. Pourtant, elle croit être encore 1988, au lendemain de sa rencontre avec Pablo. Que s’est-il passé pendant ces douze années ? C’est la mystère le plus total. Pourtant, Marie décide de garder le silence et de faire comme si… Elle vit donc aux côtés d’un parfait inconnu, ou presque, et le regarde avec un œil nouveau, un œil de jeune amoureuse. Quant à ses enfants, elle improvise comme elle peut dans son rôle de maman.

Marie profite de ses moments de solitude -assez fréquents puisque, apparemment, elle ne travaille plus- pour fouiller dans l’appartement familial à la recherche d’indices, interroger certaines rares personnes de son entourage à qui elle pense pouvoir faire confiance et tenter par tous les moyens de retrouver quelques souvenirs de la naissance de ses enfants, de son mariage, de son travail, etc. Elle aimerait bien comprendre aussi pourquoi elle est devenue amnésique. Puisqu’elle n’a subi aucun choc physique ou psychologique, elle a dû décider elle-même d’oublier son passé. Mais pour quelle raison ?

Un roman dévoré en un week-end… Le rythme, l’écriture, la fragilité de Marie, ses interrogations sur la vie de couple, les enfants, le temps qui passe et ce qu’on devient : pour toutes ces raisons, j’ai aimé La vie d’une autre.   

Et puis, je voulais ABSOLUMENT comprendre ce qui avait bien pu se passer dans le vie de Marie. Je ne dirai pas comme Anne que le dénouement m’a déçue. J’ai simplement du mal à comprendre comment on peut faire un tel choix. Je n’aurais jamais pu faire le même, je crois…

Pas un coup de cœur, mais presque !

Les autres blogueurs qui en parlent ici.

DEGHELT, Frédérique, La vie d’une autre, Actes Sud, Babel, 2008.

15 pensées sur “« La vie d’une autre » de Frédérique Deghelt”

  1. @Aifelle : oui, tu as raison de le mettre sur le dessus !
    @keisha : je te comprends mais je crois que tu devrais te laisser tenter quand même…
    @Cécile : le RDV est noté !
    @sylire : tu le trouveras facilement en bibliothèque je pense.
    @La pyrénéenne : je ne sais pas pourquoi, ça me m’étonne pas !
    @Restling : c’est vrai qu’il y a beaucoup de billets sur ce livre.

La parole est à vous !

%d blogueurs aiment cette page :