L’amour est une île – Claudie Gallay

Je l’attendais avec impatience ce livre… Retrouver la plume et l’atmosphère si particulière des romans de Claudie Gallay : c’était pour moi un moment de bonheur en perspective… Et je n’ai pas été déçue même si je préfère de loin la Manche des déferlantes à l’Avignon de L’amour est une île. Et oui entre la mer, le vent et les vagues ou la ville, la chaleur et la foule, mon choix est vite fait !

Cette année là en Avignon, il fait horriblement chaud et la grève des intermittents perturbe très fortement le festival. Mathilde, celle que l’on appelle la Jogar et qui est devenue une actrice célèbre depuis qu’elle a quitté la ville, est de retour au pays. Odon Schnadel, metteur en scène et directeur du Chien fou, un petit théâtre, a appris sa présence par la rumeur. Il a été son amant et elle le hante toujours. Ils vont forcément se croiser. Comment la rencontre va t-elle se passer ?

Malgrès toutes les questions qu’il se pose, Odon doit continuer à diriger sa compagnie et jouer à tous prix cette pièce de Paul Selliès qu’il a montée pour le festival. Marie, la jeune soeur de l’auteur -un inconnu désormais décédé- rôde autour du théâtre et de la troupe. Que veut-elle ? Que cherche t-elle à savoir ? Pourquoi a t-elle un comportement si étrange ?

A l’image de la chaleur ambiante, les personnages de L’amour est une île sont hantés par le passé et le poids des secrets et des non-dits. L’écriture de Claudie Gallay retranscrit à merveille l’ambiance pesante qui règne sur le festival et ses comédiens. Les personnages secondaires sont nombreux et souvent très intéressants. Bref, ce roman est une belle réussite même si je le trouve un peu trop triste et pessimiste à mon goût !

« Odon encaisse. Il regarde son assiette. Il s’est senti coupable souvent. Longtemps. Pour tout. Coupable d’avoir aimé Mathilde, et d’avoir quitté Nathalie, abandonné Juile. On peut être coupable de ses passions« . p. 199

 Un grand merci à Leiloona qui fait voyager ce livre.

GALLAY, Claudie, L’amour est une île, Actes Sud, 2010.

12 réflexions sur « L’amour est une île – Claudie Gallay »

  1. Oui, entre un fleuve et une mer en furie, mon choix est aussi vite fait ! Mais l’eau est tout de même là : marrant qu’elle doive toujours « l’utiliser » dans ses récits !

  2. Comme toi, j’aime  » la plume et l’atmosphère si particulière des romans de Claudie Gallay « , mais celui-ci, je ne sais pas, je ne me décide pas, le thème, j’ai trop peur d’une première déception.

  3. @Leiloona : dans ces deux là, l’eau est très présente, c’est un élément plein de symboles !
    @emmyne : moi aussi j’avais un peu peur et je n’ai pas été déçue !

  4. J’ai étouffé dans cette lecture, peut-être est-ce voulu de la part de l’auteur, mais cela ne m’a pas particulièrement plu. Et puis, beaucoup de redondance à mon goût. J’en attendais beaucoup de ce livre alors…

  5. J’ai reçu ce livre en cadeau mais j’avoue qu’il traîne dans ma pal depuis Noël. Comme je n’ai pas réussi à accrocher avec Les déferlantes, j’appréhende un peu cette lecture…

  6. j’ai lu il y a 2 ou 3 semaines Les Déferlantes… j’ai aimé l’atmosphère mais je sais pas, moyen moyen… alors je tente celui-là ?

La parole est à vous !

%d blogueurs aiment cette page :