L’arabe du futur 2 : Une jeunesse au Moyen-Orient (1984-1985) – Riad Sattouf

J’ai découvert le premier opus de L’arabe du futur récemment et je me suis précipitée sur la suite dès que j’en ai eu l’occasion. Dans ce deuxième tome, Riad vit en Syrie avec ses parents et son petit frère. Il passe ses journées à jouer seul avec ses Legos rapportés de France et ne voit pas beaucoup d’autres enfants.

A six ans, il finit par aller à l’école. Une école dure dans laquelle une maîtresse voilée portant une jupe courte et des talons hauts terrorise les enfants pour un oui ou pour un non. Comme tous les autres écoliers, Riad chante l’hymne national syrien chaque matin.

Sa mère est toujours effacée. La France et son confort lui manquent. Elle fait parfois quelques remarques à ce sujet mais subit les décisions de son mari et attend la villa qu’il lui a promis.

La père de Riad essaie de créer des relations pour accéder à un meilleur poste et gagner plus d’argent mais cela ne fonctionne pas. Il faut dire qu’il est particulièrement maladroit. C’est quelqu’un de lâche qui n’ose pas affirmer ses propres convictions et ment pour ne pas avoir à affronter la vérité. Son comportement vis à vis de sa femme et de ses enfants est dur. Il faut tout de même reconnaître qu’il est moins traditionaliste et plus éduqué que tous les autres villageois.

Dans ce deuxième tome, on découvre la vie dans la Syrie des années 1980 à travers le regard d’un enfant qui idolâtre son père sans se rendre de qui il est vraiment. Il comprend cependant qu’il y a des contradictions entre ce qu’il apprend à l’école et ce que lui disent ses parents. Il découvre également la dure réalité de la vie quand il se fait traiter de juif et se fait tabasser ou qu’il voit ses camarades avec un sac en plastique en guise de cartable.

La voix-off et le registre tragi-comique viennent contre-balancer son point de vue un peu naïf sur le monde qui l’entoure. La France apparaît comme le paradis et la Syrie comme arriérée mais on se doute bien que la réalité est bien plus complexe que cela.

Les caractères des personnages sont brossés avec précision et les scènes décrites par Riad Sattouf d’une netteté remarquable. Les émotions, l’ambiance, touy y est. Au lecteur ensuite d’interpréter les scènes dont il est témoin comme bon lui semble.

SATTOUF, Riad, L’arabe du futur 2 : Une jeunesse au Moyen-Orient (1984-1985), Allary Éditions, 2015.

Comme chaque mercredi, vous pouvez découvrir d’autres chroniques BD. Cette semaine, c’est chez Jacques que cela se passe.

9 réflexions sur « L’arabe du futur 2 : Une jeunesse au Moyen-Orient (1984-1985) – Riad Sattouf »

  1. Personnellement, je n’ai pas accroché à ce tome, je me suis ennuyée, j’ai trouvé ça très répétitif et trop anecdotique. J’avais préféré le 1er avec une vision plus politique.

La parole est à vous !

%d blogueurs aiment cette page :