L’arabe du futur 3 : Une jeunesse au Moyen-Orient (1985-1987) – Riad Sattouf

Riad, ce jeune garçon qui raconte sa vie et celle de sa famille dans la Syrie des années 1980, a 7 ans au début de ce troisième tome. Comme tous les enfants, il aime s’amuser. Il commence cependant à ouvrir les yeux sur le monde qui l’entoure. Ainsi, il se rend compte que la corruption règne dans le pays et que son père en profite lui aussi : professeur à l’université, il n’hésite pas à donner d’excellentes notes à ceux qui lui permettent d’améliorer son quotidien.

La famille vit dans un appartement aux murs lézardés de fissures.  Les coupures d’électricité sont extrêmement fréquentes. Se procurer certains produits est compliqué. La mère de Riad aimerait habiter en ville car elle s’ennuie dans cet endroit où il n’y a rien à faire mais ils n’ont pas les moyens de déménager. Pas question d’acheter une voiture non plus. En véritable hypocrite, le père de Riad fait pourtant des promesses… qu’il ne tient jamais.

L’image de la Syrie et de ses habitants véhiculée dans cette série n’est franchement pas glorieuse. On a l’impression que le pays vit au moyen-âge. Riad Sattouf sait cependant de quoi il parle puisque ce sont ses propres souvenirs d’enfance qu’il relate ici. Ce troisième tome m’a paru un peu répétitif par rapport aux précédents. Le propos n’évolue guère et le constat est toujours le même, que ce soit au sujet de la population locale ou de la famille de Riad. Le dénouement réserve cependant une surprise qui laisse présager des changements (ou pas !) pour le quatrième tome.

Mon avis sur le tome 1 et sur le tome 2.

SATTOUF, Riad, L’arabe du futur 3 : Une jeunesse au Moyen-Orient (1985-1987), Allary Éditions, 2016.

     RDV chez Noukette pour découvrir d’autres BD.

22 réflexions sur « L’arabe du futur 3 : Une jeunesse au Moyen-Orient (1985-1987) – Riad Sattouf »

  1. je n’ai toujours pas découvert l’arabe du futur, il va peut-être falloir que je m’y intéresse un jour! Je ne suis pas attirée spontanément mas à fort de lire des billets, je me dis que…

    1. C’est une série qui mérite tout de même d’être découverte, ne serait-ce que parce que l’auteur sait de quoi il parle.

    1. Alors cela risque d’être la même chose pour celui-ci. J’espère que le 4 sera différent. Sinon, cela veut dire que la série aurait gagnée à être plus courte.

  2. on est effectivement tout à fait d’accord! Le père comme la mère ont une image peu valorisante, je trouve… Coucher ça sur le papier et vendu à des milliers d’exemplaires, il faut assumer…

    1. Je serais bien curieuse de savoir ce que l’auteur répond à ce sujet ainsi que sur l’image qu’il donne de la Syrie.

    1. Je comprends. Le graphisme peut rebuter et je sais que certains lecteurs n’apprécient pas l’attitude des parents ainsi que le regard de Riad sur les syriens.

  3. Il faudra que j’essaie un de ces jours ; l’auteur a l’air extrêmement sympathique quand il s’exprime à la radio.

    1. Je ne l’ai jamais entendu ni vu mais je pense que je vais essayer d’aller voir si je trouve des interviews sur le Web.

La parole est à vous !