« Le chemin des sortilèges » de Nathalie Rheims

Voilà dix ans que la narratrice a perdu la trace de l’homme qui l’a vu naître et qui l’a accompagnée depuis toute petite grâce à des séances de psychanalyse. Dix ans, le temps de perdre sa mère et d’échouer en amour.
Un jour, elle retrouve la trace de cet homme prénommé Roland et se rend chez lui pour quelques jours. Dans la chambre dans laquelle elle dort, se trouve posé un livre : La belle au bois dormant. A peine plongée dedans, les souvenirs liés au passé ressurgissent. Chaque jour, un nouveau conte de fées est là, déposé par une main invisible. Chaque jour, la narratrice tente d’éclaircir un peu plus ses propres zones d’ombres. Elle part sur les traces de son passé pour découvrir le secret qui la hante et dont elle n’a aucun souvenir. Roland, personnage énigmatique, va l’aider dans sa quête.

Ce « résumé » reflète bien peu l’atmosphère étrange et mystérieuse qui règne dans ce roman. Rêve et réalité se mélangent sans cesse pour brouiller les pistes. La narratrice ne sait parfois plus où elle en est alors, imaginez le lecteur ! Pour aimer Le chemin des sortilèges, il faut accepter d’entrer dans un univers un peu surnaturel et d’être déconcerté.

Les contes de fées sont omniprésents et on pense bien sûr au célèbre Psychanalyse des contes de fées de Bruno Bettelheim. Nathalie Rheims exploite cet univers, mais de façon assez superficielle je trouve. Elle semble plus intéressée par le parcours initiatique de la narratrice -qui d’ailleurs a certains points communs avec elle- et par le mystère qui se trouve caché tout au bout de cette quête.

Je ne sais pas pourquoi mais j’avais peur que le dénouement soit décevant. Il n’en est rien. Il est tout simplement surprenant et déconcertant, tout comme l’ensemble du livre !

« Depuis que j’étais arrivée ici, j’avais perdu le fil. J’avançais en équilibre sur une corde invisible. Je ne savais plus ce que, dix ans après, j’étais venue chercher. Étais-je là pour renouer notre dialogue, rassembler les morceaux de mon existence ? Pas seulement. ce lieu me cernait, comme si, à travers lui, quelqu’un voulait me faire comprendre quelque chose d’essentiel. Je devinais qu’il y avait un lien entre les contes déposés sur mon bureau, les cauchemars qui m’envahissait et cette maison qui semblait, parfois, vouloir me parler. Mais il restait abstrait.

Mes conversations avec Roland. Tout cela tournait autour de ma vie. Un secret se dissimulait dans les replis de ma mémoire, j’en avais la certitude. Plusieurs fois, je l’avais senti affleurer, mais il se dérobait toujours. Je devais remonter pas à pas. Traquer chaque signe. Deviner où me conduisait ce chemin. » p. 78-79


« Ecrire pour me protéger, pour que les lettres, tels des sortilèges, me construisent une armure. Mettre le monde à distance, le regarder, cachée derrière mes lignes. » p.55 

Le site de Nathalie Rheims.

Leiloona, Clarabel, Lucie et Malice l’ont lu aussi.

Merci à Suzanne de Chez les filles grâce à qui j’ai reçu ce livre gratuitement.

RHEIMS, Nathalie, Le chemin des sortilèges, Éditions Léo Scheer, 2008.

12 pensées sur “« Le chemin des sortilèges » de Nathalie Rheims”

  1. j’aime ton billet. Moi j’ai été tellement déconcertée que je n’ai pas su comment résumer ce livre c’est pour ça que je me suis contentée du quatrième de couverture… Oui je suis d’accord, il faut, pour l’apprécier, accepter le surnaturel de l’histoire. Une bonne découverte !

  2. Ce livre là ne me tente pas ( trop fantastique). En revanche, de cet auteur, j’ai lu, il y a un moment, » L’un pour l’autre » et  » Lettres d’une amoureuse morte », j’avais vraiment beaucoup aimé ces 2 livres plus ou moins autobiographiques.
    Le site de Nathalie Rheims est bien fait je trouve ( j’adore les photos, l’atmosphère…).

  3. Je viens de le lire il y a peu aussi mais je n’ai pas accroché. Je suis assez d’accord pour penser que certaines analyses restent superficielles. Et je n’ai pas été surprise par la fin. Je m’en suis doutée assez rapidement. C’est peut-être pour ça que je n’ai pas été emballée… :/

  4. à force de lire tous ces billets discordants dans la blogobulle, j’ai eu envie de lire ce livre. Chez les filles.com me l’a proposé, et je l’ai donc reçu.
    J’ai aimé le lire et j’ai été touchée par la démarche, le propos, et l’écriture Je fais donc partie de celles qui ont aimé

  5. Bonjour,
    Je l’ai lu et j’ai aimé, même si j’aurais souhaité que les analyses vis à vis de contes de fées soient un peu plus développées. Disons simplement que cela aurait été un plus.
    J’ai aimé l’écriture douce et certains passages, certaines phrases, m’ont vraiment touchée.
    Amicalement.

La parole est à vous !

%d blogueurs aiment cette page :