Le grand marin – Catherine Poulain

Le grand marin Catherine PoulainLili, un joli prénom qui inspire la joie, la bonne humeur, la légèreté. Mais la vie de cette Lili là est bien éloignée de toute cela. Elle a décidé de fuir. Quoi ? On ne sait pas exactement. L’alcool, l’ennui, la misère, la peur et peut-être d’autres choses encore. Au terme d’un long voyage à travers les États-Unis, elle arrive en Alaska, bien décidée à embarquer à bord d’un bateau de pêche alors qu’elle n’a jamais pêché et ne connaît personne dans le milieu. Ils sont nombreux à vouloir faire comme elle mais peu résistent à ces conditions de travail si difficiles alors une fille…

Au milieu des hommes, à force de persévérance et d’acharnement, Lili arrive à se faire respecter et à trouver sa place. Elle travaille comme une enragée et dort à même le sol car on lui a piqué sa couchette. Les ordres donnés en hurlant la terrorise. Le sel la ronge. L’humidité la glace. Elle sert les dents pour résister à la douleur de cette sale blessure qu’elle n’a pas soigné correctement. L’apprentissage est un véritable calvaire mais Lili ne se plaint jamais, ne s’arrête sous aucun prétexte et va jusqu’au bout d’elle même.

A bord comme au port, les hommes la respectent tout en lui tournant autour. Lili noue des liens forts avec certains d’entre eux, traîne dans les bars et dans la rue, discute, mais repousse gentiment avances et demandes en mariage. Seul le grand marin, ce héros des mers qui n’est plus rien sur terre, compte à ses yeux.

Quelle femme incroyable cette Lili ! Catherine Poulain, l’auteur, s’est inspirée de ses dix années passées sur les bateaux de pêche en Alaska pour écrire ce roman. Il y a un peu d’elle dans Lili et certains personnages ressemblent aux personnes dont elle a croisé la route. Tous ont une vie âpre faite de travail et de souffrance. De véritables héros des mers qui côtoient la folie pour pêcher la morue, le flétan ou le crabe. Sur terre, l’alcoolisme, parfois la drogue, aident à oublier tout en faisant de terribles ravages.

Voilà un premier roman vraiment réussi que je ne suis pas prête d’oublier même si la première partie m’a beaucoup plus séduite que la deuxième. L’écriture laisse la part belle au ressenti, tant à travers les mots posés sur les sentiments que par la description du comportement des personnages à terre ou en mer.  Catherine Poulain a une vie atypique. Espérons qu’elle continue à s’en inspirer et à publier des textes tout aussi captivants !

C’est une lecture que j’ai le plaisir de partager avec Enna qui a eu la chance de rencontrer l’auteur.

POULAIN, Catherine, Le grand marin, Éditions de l’Olivier, 2016.

110247335.to_resize_150x3000

27 réflexions sur « Le grand marin – Catherine Poulain »

    1. C’est vrai que l’attente est souvent longue quand on réserve un livre en médiathèque. Il m’est arrivé de pouvoir l’avoir entre les mains au bout de plusieurs mois.

    1. Ou alors, il faut que tu le trouves en médiathèque. Je pense qu’il te plaira. Il se déroule dans un milieu rude dans lequel les hommes ne peuvent pas fuir.

  1. Cela fait plusieurs mois que je me dis qu’il faut vraiment que je lise ce roman. Etant donné que je suis en pleine rentrée littéraire, ça va attendre encore un peu. Mais je suis certaine que je finirai par le lire. J’attendrai peut-être sa sortie en poche. Je n’en ai entendu que du bien.

La parole est à vous !