Le journal de Gurty : Vacances en Provence – Bertrand Santini

journal Gurty bertrand santini

Gurty, le narrateur de ce roman jeunesse, est une chienne. Quand elle était petite, elle pensait qu’elle s’appelait « Arrête » parce que son maître lui criait tout le temps « Arrête ! ».

Cet été, comme tous les étés, elle rejoint par le train son lieu de vacances. Pour fêter son premier jour en Provence, Gurty apporte un rat à Gaspard, son maître. Ce n’est pas du tout du goût de celui-ci, vous vous en doutez bien ! Le chienne est vexée et décide donc de se venger.

Avec sa copine Fleur, Gurty s’amuse bien. Elle adore par-dessus tout embêter Tête de fesses, le chat des voisins. Elle aime aussi se rouler dans le caca : « Pour avoir des amoureux, les humains doivent faire des choses compliquées comme gagner de l’argent, chanter, se maquiller ou passer à la télé. Le cœur des chiens n’est pas si compliqué : pour être aimés, il suffit de nous rouler dans le caca. » p. 110

Là où l’auteur, Bertrand Santini, est vraiment très fort, c’est que derrière l’humour il propose aux enfants une réflexion intéressante sur le monde dans lequel nous vivons. Les humains ne sont pas mieux que les animaux et ce qu’on peut observer dans le comportement des uns se retrouve dans celui des autres.

La collection Pépix de Sarbacane propose des romans bourrés d’humour, d’irrévérence et d’aventure. C’est une collection que j’apprécie beaucoup car ses textes sont intelligents et attractifs pour les jeunes lecteurs de fin de primaire ou tout début de collège. Le journal de Gurty est sans doute le roman que je préfère parmi tous les Pépix que j’ai lus car il permet de se distraire tout en riant de soi-même ou de ses semblables. Quand l’humour grince et fait réfléchir, c’est vraiment formidable !

SANTINI, Bertrand, Le journal de Gurty : Vacances en Provence, Sarbacane, 2015.

11 réflexions sur « Le journal de Gurty : Vacances en Provence – Bertrand Santini »

    1. Oh, ah ce point, c’est génial ça. Ce midi j’ai lu aux élèves du club lecture le passage où Gurty se roule dans le caca et aussi l’échange d’insultes avec Tête de fesses.

    1. Oui, chez moi aussi ils aiment beaucoup cette collection. Ce titre là à cependant du mal à sortir à mon grand regret. Je pensais que c’était parce que je ne l’avais pas lu et que j’en parlais mal mais je l’ai présenté au club lecture ce midi et personne ne l’a emprunté. Pourtant ils avaient l’air intéressés quand j’en ai parlé.

La parole est à vous !